Dakar 2018

16 janvier 2018 09:13; Act: 16.01.2018 09:37 Print

Sainz accusé d'avoir percuté un concurrent

Le leader espagnol Carlos Sainz (Peugeot) a écopé d'une pénalité de dix minutes pour son «comportement potentiellement dangereux» durant la 7e étape.

storybild

Carlos Sainz réfute tout accrochage avec le pilote de quad néerlandais Kees Koolen. (photo: AFP/Franck Fife)

Sur ce sujet

Le collège des commissaires de l'épreuve, instance disciplinaire du rallye-raid, s'est réunie après la plainte du pilote de quad néerlandais Kees Koolen (Maxxis Super B Dakarteam), qui a accusé Sainz de l'avoir percuté et de ne pas s'être arrêté. L'incident s'est passé «approximativement» au km 184 de la 7e spéciale entre La Paz et Uyuni en Bolivie, et non durant la 4e étape, comme initialement annoncé par le collège des commissaires.

«C'est une décision injuste, je ne suis pas content», a réagi Sainz. «Pour moi, j'ai évité un accident. Je ne l'ai pas touché. Ma voiture n'a eu aucun dommage». «Nous sommes convaincus que Carlos n'a pas touché le quad parce qu'il roulait à 152 km/h et s'il l'avait touché, je pense qu'il n'y aurait pas discussion sur l'état du quad et de la voiture. Et s'il n'a pas touché le quad, je ne vois pas pourquoi il se serait arrêté», argumente Bruno Famin, le patron de l'équipe française.

Connaîtra-t-on le nom du vainqueur le 20 janvier?

«S'il a eu un mauvais comportement, le collège des commissaires devrait pénaliser Carlos d'une amende et non pas de manière sportive. C'est illogique», a-t-il poursuivi. Famin a également fait remarquer que c'est le même quad qui avait provoqué l'accident de Stéphane Peterhansel lors de cette étape, «trente secondes» après l'accrochage avec Sainz.

Cette sanction rogne ainsi l'avance de Sainz en tête du classement général. Le «Matador» dispose toutefois encore de 56 min 37 sec d'avance sur son dauphin, le Qatarien Nasser Al-Attiyah (Toyota). Bruno Famin a signifié que Peugeot allait faire appel de la décision auprès de la Fédération française du sport automobile.

«Ces appels sont des procédures qui prennent plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Cela veut dire que le 20 janvier à Cordoba, il sera fort probable que l'on ne connaîtra pas le nom du vainqueur, ce qui est fort regrettable pour tout le monde», a-t-il poursuivi. Le Dakar a fait halte lundi à Salta en Argentine, où la 9e étape, annulée dimanche en raison du risque d'orage, devait se terminer. La course reprend mardi avec une spéciale de 373 km jusqu'à Belen.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.