NBA/Covid

28 septembre 2021 20:50; Act: 29.09.2021 10:46 Print

Vacciné, LeBron n'encourage pas à faire comme lui

Le joueur des Los Angeles Lakers s'est fait vacciner contre le Covid mais refuse d'appeler qui que ce soit à faire comme lui, car il estime que ce n'est pas son rôle.

storybild

«Chacun a le choix de faire ce qu'il pense être bon pour lui et sa famille», estime LeBron James. (photo: Harry how)

Sur ce sujet
Une faute?

LeBron James, la superstar de la NBA, s'est fait vacciner contre le Covid mais refuse d'encourager qui que ce soit à faire comme lui, car il estime que ce n'est pas son rôle, a-t-il affirmé, mardi, lors du «media day» des Lakers. «Je ne peux parler qu'en mon nom. Chacun a le choix de faire ce qu'il pense être bon pour lui et sa famille. Je reconnais que j'étais très sceptique, mais après avoir fait mes propres recherches, j'ai pensé que c'était le mieux pour moi, ma famille et mes amis. C'est pourquoi j'ai décidé de le faire», a-t-il dit face aux journalistes.

Depuis deux jours que se déroulent les «media days» des différentes franchises NBA, le sujet de la non-vaccination chez une grande minorité des joueurs de la Ligue, 10% selon un recensement officiel, est sur toutes les lèvres. Certaines stars ont ouvertement affirmé qu'elles refusaient d'être vaccinées, tel Bradley Beal (Washington) qui a depuis légèrement rétropédalé en disant qu'«il se posait toujours la question». Kyrie Irving lui refuse de dire s'il l'est, mais son absence lors du «media day» des Brooklyn Nets, lundi au Barclays Center, n'a laissé guère de place au doute: il n'en avait pas l'autorisation, un décret de la ville de New York imposant aux sportifs professionnels de prouver qu'ils ont reçu au moins une dose du vaccin, pour pouvoir pénétrer dans les enceintes de leur club.

«Là on parle du corps des individus»

À la question de savoir s'il ne lui incombait pas, compte tenu de son statut de plus grande star de la NBA, d'encourager les joueurs, mais aussi les gens qui ne sont pas vaccinés, de franchir ce pas, James a refusé d'endosser ce rôle. «Là on parle du corps des individus. Il ne s'agit pas de politique, de racisme ou de brutalités policières. Il s'agit du bien-être des gens. Je ne pense pas que je devrais me mêler de ce que les gens font pour leur corps. C'est comme si je disais qu'untel devrait prendre ce travail ou pas», a-t-il argué.

«Vous devez faire ce qui est le mieux pour vous et votre famille. Je sais ce que j'ai fait pour moi et ma famille, je sais ce que certains de mes amis ont fait pour eux et leur famille. Mais pour ce qui est de parler au nom de tout le monde, je ne me sens pas de le faire... ce n'est pas mon travail», a-t-il appuyé.

(L'essentiel/afp)