22 septembre 2019 11:59; Act: 23.09.2019 11:40 Print

Victoire et bonus pour l'Irlande et l'Italie

L'Irlande a largement dominé l'Écosse, dimanche à Yokohama (27-3) lors de la Coupe du monde de rugby. L'Italie a elle battu la Namibie 47-22.

Sur ce sujet
Une faute?

Une défense de fer, et des avants ultradominateurs qui entassent les essais: l'Irlande a balayé l’Écosse (27-3) avec le bonus dimanche à Yokohama pour s'offrir un horizon dégagé jusqu'aux quarts de finale de la Coupe du monde. Nouvelle-Zélande - Écosse et Irlande - Afrique du Sud: les deux premiers quarts de finale du Mondial japonais sont théoriquement connus après les deux «finales» de groupe de la 1re journée. À moins que le Japon ou les Samoa ne viennent bouleverser la hiérarchie dans la poule A.

Le XV du Trèfle peut préparer son rendez-vous contre le Japon, samedi à Shizuoka, en toute sérénité: le jeu stéréotypé peaufiné depuis 2013 par Joe Schmidt, qui leur a permis d'accéder pour la première fois à la tête du classement mondial début septembre, est toujours diablement efficace. Les Écossais en ont fait les frais, incapables de franchir le rideau défensif vert. Le seul motif d'inquiétude, pour l'Irlande, est toujours le même: l'état de forme de Johnny Sexton, régulièrement blessé ces derniers mois. Le meilleur joueur du monde 2018 s'est fait soigner aux adducteurs dès le milieu de la première période et a alors laissé la responsabilité du tir à Conor Murray. Il a été remplacé par Jack Carty à l'heure de jeu.

Bonus sur la chandelle

Mais l'ouvreur du Leinster n'avait pas besoin de forcer. Ses avants ont gagné le match - comme le vert dans les tribunes - à eux seuls en première période. Au retour des vestiaires, la pluie soutenue qui s'est abattue sur Yokohama n'a logiquement pas arrangé les affaires d'un pack écossais moins lourd. Le deuxième ligne Iain Henderson s'est pris pour un trois-quarts sur une percée qui aboutit à l'essai de son compagnon de «cage» James Ryan (6e). Les Écossais commettent une pénalité dans les cordes de Sexton? Plutôt que de prendre les points, l'ouvreur choisit la pénaltouche et le ballon porté des Irlandais franchit la ligne (Rory Best, 14e).

C'est encore un avant, Tadgh Furlong, qui aplatit après un contre opportuniste d'Andrew Conway et une mêlée rapidement jouée par Murray (25e). Peut-être vexés de se voir ainsi voler la vedette, les trois-quarts irlandais ont terminé le travail: Conway a inscrit l'essai du bonus (56e) sur une chandelle de Sexton mal réceptionnée par Stuart Hogg et récupérée par Jordan Larmour. Impuissante, l'Écosse a en plus perdu sur blessure son meilleur plaqueur, le flanker Hamish Watson (14 plaquages en 38 minutes!), touché à un genou. Même le carton jaune infligé à Tadhg Beirne (70e) n'a pas aidé le XV du Chardon. Qui aura une semaine pour récupérer et se ressaisir face aux Samoa, lundi 30 septembre, à Kobe.

Un Italie-AfSud attendu

Avec ce succès, combiné à la défaite de l'Afrique du Sud la veille (23-13), les coéquipiers de Sergio Parisse s'offrent ainsi une «finale» face aux Springboks, le 4 octobre à Shizuoka, avec pour enjeu une place en quart de finale. Mais l'Italie n'a pas chanté sous la pluie: la machine a eu du mal à se mettre en route. Le vent et la pluie (en début de seconde période), n'expliquent pas tout. Les Italiens ont été particulièrement maladroits et les Namibiens ont joué leur chance à fond, notamment en première période à l'issue de laquelle ils étaient menés (21-7).

Ils ont même mis pris l'avantage par Damian Stevens au bout de quatre minutes à peine (7-0). Mais, depuis le début de cette Coupe du monde, aucune équipe qui a ouvert le score ne s'est imposée. Et, rapidement, le professionnalisme et le réalisme italiens se sont faits sentir à mesure que les Namibiens multipliaient les erreurs. Cinq essais supplémentaires en seconde période (Tebaldi 41e, Padovani 43e, Canna 48e, Polledri 69e, Minozzi 76e) ont donc permis aux Italiens, efficaces à défaut d'être brillants, de prendre le point de bonus offensif. Essentiel avant d'affronter le Canada, dans quatre jours, à Fukuoka.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.