Open d'Australie

15 janvier 2019 07:25; Act: 15.01.2019 10:01 Print

Williams et Zverev réussissent leur entrée

Aucun souci au premier tour de l'Open d'Australie pour Serena Williams, qui a battu Tatjana Maria. Tout comme pour Alexander Zverev, l'un des outsiders du tournoi.

storybild

Serena Williams n'a pas manqué son retour à la compétition. (photo: AFP/Paul Crock)

Sur ce sujet
Une faute?

Serena Williams s'est promenée pour son retour en compétition officielle quatre mois après: la star américaine a expédié l'Allemande Tatjana Maria (73e) 6-0, 6-2 en 49 minutes au premier tour de l'Open d'Australie, mardi, à Melbourne. Sa précédente sortie, en finale de l'US Open début septembre dernier, est encore dans les mémoires: elle s'était emportée contre l'arbitre, le Portugais Carlos Ramos, et avait reçu trois avertissements, le dernier pour insulte.

La cadette des sœurs Williams (37 ans) a expédié le premier set en seulement 18 minutes. De l'autre côté du filet, Maria, une des quatre joueuses engagées dans le tournoi ayant un enfant, comme Serena Williams, ne servait alors que 13% de premières balles et n'avait frappé qu'un coup gagnant. La seconde manche a demandé guère plus d'efforts à l'Américaine. Au deuxième tour, Serena Williams affrontera la Canadienne Eugenie Bouchard, ex-n°5 mondiale aujourd'hui 79e, ou la Chinoise Peng Shuai.

Chez les hommes, Alexander Zverev a franchi le premier tour en moins de deux heures face au Slovène Aljaz Bedene (67e) en trois sets (6-4, 6-1, 6-4). Vainqueur du Masters de fin d'année en novembre dernier, le trophée le plus prestigieux de sa jeune carrière, le n°4 mondial n'avait pas encore joué en compétition officielle en 2019. Il a rapidement surmonté un début de rencontre un peu poussif au cours duquel il s'est retrouvé breaké (3-4). De son côté, Kei Nishikori, mené deux sets à zéro, n'a trouvé son salut que dans les crampes qui ont assailli son adversaire: le Japonais a fini par bénéficier de l'abandon du Polonais Kamil Majchrzak, issu des qualifications, au milieu du cinquième set (3-6, 6-7, 6-0, 6-2, 3-0 ab.)

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.