Affaire Pantani

01 décembre 2014 11:28; Act: 01.12.2014 11:57 Print

«Un lynchage médiatique insupportable»

Les cinq policiers chargés en 2004 de l'enquête sur la mort de Marco Pantani sont prêts à poursuivre en justice toute diffamation contre leur travail.

storybild

Marco Pantani est mort il y a dix ans. (photo: afp)

  • par e-mail
Sur ce sujet

«Il ne semble plus possible de garder le silence et surtout de continuer à tolérer un lynchage médiatique qui a pris des proportions insupportables», ont écrit les avocats Moreno Maresi et Mattia Lanciani. L'enquête de 2004, conduite notamment par le préfet adjoint Sabatino Riccio, alors chef de la brigade mobile, avait conclu à une mort de Pantani par arrêt cardiaque à la suite d'une overdose de cocaïne, le 14 février 2004 dans une chambre d'hôtel de Rimini.

Depuis la réouverture, début septembre, de l'enquête pour la mort du «Pirate», à la demande de la famille Pantani, plaidant la thèse de l'homicide, des «nouvelles gravement diffamatoires» ont été publiées, ajoutent les avocats. Mes Maresi et Lanciani évoquent pour leur part des «reconstructions des faits instrumentalisées et apodictiques (une proposition apodictique est universelle et nécessairement vraie, ndlr), souvent accompagnées de la diffusion de faits déformés».

«Cloués au pilori»

Depuis la relance de l'enquête par le Parquet de Rimini, la presse a décrit «comme dans un feuilleton, des rebondissements spectaculaires des investigations, liés par un unique fil conducteur» tendant à «accréditer avec emphase la thèse de l'homicide volontaire», ont ajouté les avocats. Les enquêteurs ont «assuré avec sens de devoir, implication et rapidité les délicates vérifications policières sur la mort de Marco Pantani», ont assuré leurs représentants légaux.

Dans ce contexte les cinq policiers de la brigade mobile de Rimini (dont certains ne sont plus en service) ont été «cloués au pilori». Ils ont d'abord «gardé le silence par respect pour une enquête en cours (...), mais face à la multiplication des accusations, par ailleurs toujours propagées en termes sensationnalistes, rester silencieux ne paraît plus possible», ont conclu les avocats.

(L'essentiel/ afp)