Affaire de dopage

24 juillet 2013 10:28; Act: 24.07.2013 10:28 Print

Armstrong se sent lésé par l'État américain

L'ancien coureur a demandé mardi à un juge de rejeter la plainte du gouvernement américain contre lui en arguant que son sponsor public, US Postal, a fermé les yeux sur ses années dopage.

storybild

Armstrong a demandé mardi à un juge de rejeter la plainte du gouvernement américain contre lui. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Dans sa demande, Armstrong, déchu de ses 7 victoires dans le Tour de France (1999-2005) après ses aveux de dopage, explique que «le gouvernement prétend maintenant avoir été lésé par les allégations alors que les actes (du gouvernement) de l'époque sont plus révélateurs». «Est-ce-qu'il a suspendu l'équipe pendant l'enquête? A-t-il demandé à son armée d'avocats et d'enquêteurs d'étudier le dossier? Non. Plutôt que de mettre fin à sa collaboration, il a renouvelé son contrat de sponsoring avec l'équipe», a affirmé le cycliste qui courait sous les couleurs de l'US Postal, le service postal américain qui a investi 32 millions de dollars entre 2001 et 2004.

«L'histoire derrière cette décision du gouvernement est évidente. Armstrong avait gagné le Tour de France 2000. Le gouvernement avait besoin d'un vainqueur et de toute la publicité qui va avec. Il a eu exactement ce qu'il souhaité», poursuit l'ancien cycliste, âgé de 41 ans. En février dernier, le gouvernement s'était associé à la plainte de l'ancien coureur Floyd Landis pour tenter de récupérer les sommes versées à l'équipe cycliste.

Les représentants d'Armstrong avaient alors affirmé, via l'avocat Robert Luskin, que «les études de l'USPS montrent qu'elle (la poste américaine) a énormément profité de son contrat de parrainage, à hauteur de plus de 100 millions de dollars». Le Texan évoque aussi un délai de prescription pour demander au juge de ne pas donner suite à cette plainte que le gouvernement a déposée au nom de l'US Postal, l'ancien sponsor de l'équipe, contre Armstrong et ses coéquipiers.

(L'essentiel Online/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Cosmo le 24.07.2013 11:31 Report dénoncer ce commentaire

    Son patron sait qu'il se dope et il ferme les yeux, pire il l'encourage même à se doper. Mais voilà qu'un beau jour le dopage est découvert. Pourquoi est ce que le coureur seul doit subir les conséquences? Tous ceux qui savaient et qui ont fermé les yeux sont aussi responsables que lui et devraient en conséquence également être priés à la caisse, que ce soit l'Etat, le sponsor ou le docteur. Au lieu de cela ils accusent et condamnent tout en se lavant les mains.

Les derniers commentaires

  • Cosmo le 24.07.2013 11:31 Report dénoncer ce commentaire

    Son patron sait qu'il se dope et il ferme les yeux, pire il l'encourage même à se doper. Mais voilà qu'un beau jour le dopage est découvert. Pourquoi est ce que le coureur seul doit subir les conséquences? Tous ceux qui savaient et qui ont fermé les yeux sont aussi responsables que lui et devraient en conséquence également être priés à la caisse, que ce soit l'Etat, le sponsor ou le docteur. Au lieu de cela ils accusent et condamnent tout en se lavant les mains.

    • NightBird le 25.07.2013 00:50 Report dénoncer ce commentaire

      Cela va beaucoup plus loin. Il existent des produits dopants que vous ne trouvez sur aucune liste. Le coureur peut donc les prendre en toute légalité. Des années plus tard le produit est déclaré dopant et le coureur qui, souvenons nous l'avez pris légalement, est déclaré dopé! Ben oui, il est beau le sport! Ceux qui se dopent sont des tricheurs certes, mais il y en a d'autres qui sont carrément criminels.