Cyclisme sur route

05 octobre 2017 10:02; Act: 05.10.2017 10:13 Print

Encore un cas de dopage dans la famille Rumsas

Raimondas Rumsas Junior a été contrôlé positif à une hormone de croissance, comme son père en 2003. Son frère a été retrouvé mort il y a cinq mois dans des circonstances troubles.

storybild

Raimondas Rumsas et sa femme Edita avaient été au coeur d'un scandale durant l'été 2002, juste après que le cycliste avait terminé 3e du Tour de France. (photo: AFP/Jean-pierre Clatot)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Raimondas Rumsas, 23 ans, fils aîné et homonyme du coureur cycliste lituanien du début des années 2000, a été suspendu à titre conservatoire après avoir été contrôlé positif début septembre à une hormone de croissance, a annoncé le tribunal national antidopage (TNA) italien. Le jeune coureur a été contrôlé positif à la GHRP-6 le 4 septembre à Capannori, en Toscane, hors du cadre d'une compétition.

Selon la presse italienne, ce contrôle positif vient s'ajouter aux déboires de la famille Rumsas, après la mort de Linas, le deuxième fils, qui a succombé en mai à un arrêt cardiaque à l'âge de 21 ans et l'enquête ouverte contre le père, dirigeant de l'équipe cycliste Altopack, où ses fils étaient coureurs. L'équipe est installée dans un chalet à Altopascio (Toscane), à quelques centaines de mètres de la maison de la famille Rumsas, et «les enquêteurs ont noté que des coureurs se déplaçaient régulièrement du chalet au domicile des Rumsas», a raconté le Corriere della Sera. Début septembre, une perquisition dans les chambres des coureurs et au domicile des Rumsas a permis de saisir «des seringues des aiguilles à perfusion, de l'insuline, des hormones données aux femmes enceintes, des anti-douleurs, des somnifères, le tout sans ordonnances médicales les justifiant», selon le quotidien.

En 2002, le couple Rumsas avait été au centre d'un feuilleton sportif et judiciaire quand des douaniers français avaient découvert une grande quantité de produits dopants dans la voiture de l'épouse Edita, le jour où son mari montait sur la troisième marche du podium du Tour de France. Le couple a été condamné en janvier 2006 à quatre mois de prison avec sursis pour importation illicite de médicaments pouvant être utilisés comme dopants. Raimondas Rumsas avait également été contrôlé positif pendant le tour d'Italie en mai 2003.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.