Affaire Froome

17 décembre 2017 12:06; Act: 17.12.2017 12:13 Print

«La crédibilité du vélo est affectée», selon Bardet

Le coureur monté sur le podium des deux derniers Tour de France, a réagi après le contrôle anormal dont a été victime Christopher Froome.

storybild

Romain Bardet (à droite) a terminé les deux derniers Tours de France sur le podium (2e puis 3e), à chaque fois derrière Christopher Froome. (photo: AFP/Jeff Pachoud)

Sur ce sujet

Romain Bardet, sur le podium des deux dernières éditions du Tour de France (2e en 2016, 3e en 2017), a estimé dimanche que «la crédibilité du vélo était affectée» par le contrôle antidopage anormal du Britannique Christopher Froome. «Ce n'est jamais une bonne nouvelle et ce n'est pas une bonne nouvelle pour le monde du vélo», a déclaré Bardet, en visite au Grand-Bornand à l'occasion de l'étape de la Coupe du monde de biathlon.

«On se serait bien passé de telles actualités. On ne se réjouit jamais d'une affaire comme celle-là, estime-t-il. Tout le monde en est plus ou moins affecté, la crédibilité du vélo en premier. Mais je vois les progrès faits dans la lutte antidopage depuis de nombreuses années. L'Union cycliste internationale et l'AMA (Agence mondiale antidopage) ont toutes les compétences pour ouvrir une enquête objective et clarifier tous les faits pour que le cyclisme sorte de l'ambiguïté».

«On attend le fin mot de l'histoire, a ajouté le chef de file de l'équipe AG2R La Mondiale. J'espère que cette affaire sera réglée le plus vite possible et que si d'éventuelles sanctions sont prononcées, elle le seront dans les meilleurs délais afin que 2018 parte sur de bonnes bases et que la saison puisse démarrer sous les meilleurs auspices et qu'il n'y ait pas de soupçons». Froome, quadruple vainqueur du Tour de France, a subi un contrôle antidopage qui a révélé une concentration de salbutamol, un médicament contre l'asthme, deux fois supérieure au seuil autorisé, lors de sa victoire sur le Tour d'Espagne en septembre. L'Union cycliste internationale (UCI) a ouvert une procédure contre lui, mais il n'est pas soumis pour le moment à «une suspension provisoire obligatoire» en raison de la nature de la substance incriminée.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Luxo le 18.12.2017 18:11 Report dénoncer ce commentaire

    Pour moi cette affaire apporte de la crédibilité au cyclisme. Car il n'ont pas peur de s'attaquer à la star numéro 1 du moment. J'aimerai que le GDL fasse les mêmes contrôles que subissent les cyclistes, (en dehors des compétitions) à nos sportifs pro, du foot du basket..., ou du Tennis, du triathlon...

  • LiNh le 17.12.2017 13:54 Report dénoncer ce commentaire

    Comme si ça datait d'aujourd'hui....

  • pilou63 le 17.12.2017 13:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Rien de nouveau....

Les derniers commentaires

  • Luxo le 18.12.2017 18:11 Report dénoncer ce commentaire

    Pour moi cette affaire apporte de la crédibilité au cyclisme. Car il n'ont pas peur de s'attaquer à la star numéro 1 du moment. J'aimerai que le GDL fasse les mêmes contrôles que subissent les cyclistes, (en dehors des compétitions) à nos sportifs pro, du foot du basket..., ou du Tennis, du triathlon...

  • SKY - UCI même combat, le fric! le 17.12.2017 14:28 Report dénoncer ce commentaire

    Si Froome est malade durant la Vuelta, alors qu'il abandonne. Il préfère ne pas abandonner et se soigner à base d'un produit à base d'anabolisants alors que lui et son médecin préviennent les organisateurs et l'AMA. S'il ne l'a pas fait, ce n'est pas pour négligence, mais vu la dose, c'est pour se doper! En conclusion Cris Froome était persuadé que ses complices au sein de l'UCI fermeraient, une nouvelle fois, les yeux et protégeraient les intérêts de sa Team. Malheureusement pour lui et son équipe, il y a une nouvelle direction au sein de l'UCI. Espérons que ceux-ci soient courageux...

  • LiNh le 17.12.2017 13:54 Report dénoncer ce commentaire

    Comme si ça datait d'aujourd'hui....

    • Magda le 18.12.2017 14:20 Report dénoncer ce commentaire

      Ca ne date pas de hier non plus! Je ne sais pas si vous avez vu des vieux films sur la boxe, comment des mafieux ont organisé des défaites ou des victoires, dans le sport de nos jours c'est un peu la même chose!

  • pilou63 le 17.12.2017 13:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Rien de nouveau....