Cyclisme sur route

05 octobre 2017 12:54; Act: 05.10.2017 13:00 Print

Samuel Sanchez bien positif et licencié par BMC

La contre-expertise a confirmé la première analyse, l'Espagnol a bien été contrôlé positif juste avant la Vuelta. À 39 ans, il se retrouve sans équipe.

storybild

Samuel Sanchez, 39 ans, n'a plus d'équipe. (photo: AFP/Chris Graythen)

  • par e-mail
Sur ce sujet

L'équipe américaine BMC a annoncé mercredi le licenciement avec effet immédiat de son coureur espagnol Samuel Sanchez après la contre-analyse qui a confirmé le résultat positif d'un contrôle antidopage à l'hormone de croissance. Samuel Sanchez (39 ans) avait été suspendu à titre provisoire suite au résultat de la première analyse, le 17 août, avant le départ de la Vuelta.

Champion olympique sur route en 2008, l'Espagnol a été contrôlé hors course, le 9 août, par la Fondation antidopage du cyclisme (CADF), entité mandatée par l'UCI. L'analyse du second échantillon, pratiquée au laboratoire agréé de Lausanne, en Suisse, a confirmé la présence du produit interdit, comme dans le premier échantillon, a précisé l'équipe américaine.

Le premier cas de positivité aux hormones de croissance date de 2010. Le produit, longtemps indétectable, a été ensuite difficilement décelable en raison de sa fenêtre de détection très courte. Deuxième du Tour 2010 (après déclassement de deux coureurs), vainqueur de cinq étapes de la Vuelta entre 2005 et 2007, ainsi que d'une étape du Tour de France et du maillot à pois en 2011, Sanchez a couru de 2000 à 2013 pour l'équipe basque Euskaltel avant de rejoindre BMC. Cette saison, il n'a obtenu aucun résultat probant jusqu'à sa suspension. Il roulait en tant qu'équipier. Sa dernière performance notable date du printemps 2016, avec une quatrième place dans Liège-Bastogne-Liège.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.