Produits dopants

28 octobre 2016 15:17; Act: 28.10.2016 16:27 Print

Chris Froome propose une réforme des AUT

Le Britannique a proposé que les autorisations à usage thérapeutique (AUT), des dérogations pour prendre certains produits, soient établies par des médecins indépendants.

storybild

Christopher Froome a déjà utilisé des AUT pour prendre certains produits, notamment lors du Tour de Romandie 2014. (photo: AFP/Toshifumi Kitamura)

Sur ce sujet
Une faute?

«J'aimerais certainement que l'ensemble du processus soit révisé. Je pense que c'est le bon moment. Une proposition que j'avance, c'est de rendre le processus plus indépendant», a expliqué Christopher Froome, en marge du Critérium Saitama au Japon. «Ce serait bien d'avoir certains experts travaillant pour l'AMA (NDLR: Agence mondiale antidopage) qui évaluent les cyclistes eux-mêmes. Et peut-être avoir une liste des médicaments qui peuvent être pris sous certaines conditions, dans un système d'AUT mieux régulé».

Fin septembre, le Britannique avait estimé que le système actuel des AUT pouvait «être détourné». Avant Froome ce vendredi, le Français Romain Bardet, deuxième du Tour de France 2016, s'était lui aussi prononcé en faveur d'une indépendance renforcée du système des AUT. «Pourquoi ne pas envisager un contrôle vraiment indépendant des AUT à travers l'établissement d'un cabinet médical de l'AMA où tous les sportifs devraient venir consulter un comité d'experts indépendants», avait-il avancé.

Les données médicales de plus d'une centaine d'athlètes détenues par l'AMA, dont celles de Bradley Wiggins, vainqueur du Tour de France 2012, ont été divulguées en plusieurs vagues depuis septembre par le groupe russe d'espionnage informatique connu sous le nom de Fancy Bears, plaçant le recours aux AUT au cœur de la polémique. Les fuites ont notamment révélé que Wiggins, également quintuple champion olympique, a bénéficié, au titre de ces dérogations, d'injections d'un stéroïde interdit pour traiter son asthme avant trois courses majeures (les Tour 2011 et 2012, et le Giro en 2013).

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.