Tour d'Italie

14 mai 2019 12:33; Act: 14.05.2019 13:49 Print

Gebremedhin, réfugié puis grimpeur au Giro

Un coureur érythréen au parcours atypique participe au Tour d'Italie, pour la première fois de sa carrière. Il rêve de se faire une place parmi l'élite du cyclisme.

storybild

Sa présence sur le Giro est déjà une victoire pour Awet Andemeskel. (photo: AFP/Luk Benies)

Sur ce sujet
Une faute?

Réfugié en Suède, vendeur de canettes puis grimpeur sur l'une des plus grandes courses cyclistes du monde: le parcours atypique d'Awet Gebremedhin Andemeskel fait aussi la force de cet Érythréen, actuellement sur les routes du 102e Tour d'Italie. Awet Gebremedhin porte les couleurs de l'équipe Israel Cycling Academy (ICA), et pointe après la 3e étape à la 175e et dernière place du général, en attendant les premiers cols.

À 27 ans, il espère pouvoir briller, pour son premier Giro, lors de la neuvième étape le 19 mai, un contre-la-montre finissant par une montée de 12 kilomètres. Mais pas de pression, sa seule présence dans le peloton est déjà pour lui une belle victoire. Sa passion pour le cyclisme est née quand son père lui achète son tout premier vélo. Il a 12 ans et 15 kilomètres séparent son village natal, Kakebda, de son école. Très vite, ses qualités sont remarquées et il devient cycliste amateur. En 2013, il obtient un visa pour l'Italie et participe à Florence aux championnat du monde espoirs.

Un rêve devenu réalité

Mais plutôt que de rentrer en Érythrée, il se réfugie en Suède. Il reste cloîtré dans la maison d'un ami, de peur de se faire expulser. La Suède lui accorde le statut de réfugié en novembre 2015. Il se met alors à récupérer et recycler des bouteilles consignées pour s'acheter un nouveau vélo. «C'était très dur de m'y remettre après deux ans d'interruption», se souvient-il. Il finit par reprendre les courses en amateur, mais se retrouve rapidement sans contrat. Jusqu'en 2018, lorsque l'équipe Israel Cycling Academy l'engage dans son effectif de développement, puis chez les professionnels.

Pour Awet, ce premier grand tour est l'opportunité de se faire enfin une place parmi l'élite. «C'est un rêve devenu réalité, je rêve de cette course depuis que je suis tout petit». Il est également très fier de représenter la Suède, où il vit depuis six ans dans la ville de Jönköping. «J'espère avoir la nationalité suédoise un jour. [...] J'y suis vraiment heureux, et toutes les opportunités que j'ai eues, c'est grâce à la Suède». En attendant de décrocher le sésame, il court sous les couleurs de l'Érythrée, conformément aux règlements de l'Union cycliste internationale.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Rudy le 14.05.2019 15:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Même si je trouve cette histoire inspirante, il y a plus de réfugiés qui deviennent avocats, policiers, médecins, architectes etc. et personne ne fait d'articles sur ces success stories pourtant réelles. Pas besoin d'être exceptionnel pour s'en sortir juste bon et bosseur.

Les derniers commentaires

  • Rudy le 14.05.2019 15:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Même si je trouve cette histoire inspirante, il y a plus de réfugiés qui deviennent avocats, policiers, médecins, architectes etc. et personne ne fait d'articles sur ces success stories pourtant réelles. Pas besoin d'être exceptionnel pour s'en sortir juste bon et bosseur.