Polémique sur le Tour

19 septembre 2020 09:48; Act: 19.09.2020 09:48 Print

«Je me suis sentie blessée, pour moi, pour les femmes»

Marion Rousse, consultante sur le Tour de France, avait été la cible d’une caricature dégradante avec son compagnon, le coureur Julian Alaphilippe. Elle veut tourner la page.

storybild

Marion Rousse, qui est aussi la compagne du cycliste Julian Alaphilippe, commente le Tour de France. (photo: Twitter)

Sur ce sujet
Une faute?

Marion Rousse, une ancienne cycliste professionnelle qui commente le Tour de France aux côtés d'Alexandre Pasteur et Laurent Jalabert sur France Télévisions, s’est retrouvée bien malgré elle au cœur d’une polémique durant la Grande Boucle.

Une caricature dégradante publiée dans le journal L’Humanité la mettant en scène dénudée dans un lit avec son compagnon, le coureur français Julian Alaphilippe, maillot jaune durant trois jours au début du Tour de France, avait provoqué un tollé sur la Toile.

Si la consultante de 29 ans a reçu de très nombreux messages de soutien d’internautes, les excuses du journal et que le dessinateur de la publication a perdu son job dans la foulée, le mal était fait. Dans une entrevue accordée au Parisien, l’ancienne cycliste a expliqué qu’elle avait toutefois tourné la page sur ce triste épisode.

«Ma vie privée reste ma vie privée»

«J'ai réagi avec mes mots parce que ça m'a touchée, a-t-elle confié. Je me suis sentie blessée, pour moi, pour les femmes et j'ai dit ce que j'avais à dire. Je pense que je fais mon métier à 200% et qu'on ne peut pas me reprocher ce genre de trucs. Mais je ne voulais pas partir dans une polémique. Les gens ont été très gentils et ça m'a fait chaud au cœur d'être soutenue. Mais je n'avais pas envie de rebondir là-dessus. Ça me gêne qu'on parle autant de moi dans cet événement alors que les héros, c'est les cyclistes! Après ils se sont excusés et on est passés à autre chose».

La consultante a aussi insisté sur son impartialité dans ses commentaires lorsqu’il est question de Julian Alaphilippe, même s’il est inévitable qu’elle vive les hauts et les bas de son compagnon avec davantage d’émotions. «On ressent des émotions particulières, mais ma vie privée reste ma vie privée, a-t-elle expliqué. Comme tout le monde. Il ne faut pas trop mélanger tout ça. Je déteste déjà qu'on parle de moi donc je ne vais certainement pas me mettre en avant avec ça».

(L'essentiel)