Liège-Bastogne-Liège

25 avril 2019 15:41; Act: 25.04.2019 16:23 Print

La Doyenne s'est adaptée pour lutter contre l'ennui

Le parcours de Liège-Bastogne-Liège, dont l'édition 2019 se déroulera dimanche, a été modifié. Les dernières années n'ont pas toujours donné lieu à du grand spectacle.

L'édition 2018 avait donné lieu à une victoire luxembourgeoise, celle de Bob Jungels.

Sur ce sujet
Une faute?

Menacée par l'ennui, Liège-Bastogne-Liège adopte dimanche un nouveau final conçu pour favoriser les attaquants, avec le risque assumé d'aboutir à la victoire d'un routier-sprinteur dans une classique typée grimpeur-puncheur. «Un sprint à trente coureurs n'est pas un problème... s'il y a eu beaucoup de bagarre avant, riposte Thierry Gouvenou, le directeur de course. On n'est pas antisprint, on est contre les courses contrôlées. On attend des échappées, des attaques».

Les dernières éditions de la Doyenne des classiques ont donné lieu à un scénario routinier, hormis en 2018 lorsque le Luxembourgeois Bob Jungels s'est imposé. Le peloton était encore imposant au pied de la côte de Saint-Nicolas, à moins de sept kilomètres de l'arrivée, et la course prenait sa tournure définitive dans la montée vers Ans, où était située la ligne d'arrivée. «L'arrivée à Ans n'avantageait pas les attaquants, confirme le directeur de course. La peur du dernier faux plat, quasiment une côte, bloquait les initiatives. On espère qu'en revenant à la tradition avec une arrivée sur le plat, on va débloquer les tactiques de course».

La tradition? Elle date de plus d'un quart de siècle, puisque la Doyenne avait installé depuis 1992 son arrivée à Ans, un faubourg de Liège sans charme apparent adossé à un croisement d'autoroutes. Auparavant, la classique se terminait dans Liège, en centre-ville dans les années 1980 puis sur un quai proche. Le parcours 2019 éloigne la dernière côte (La Roche-aux-Faucons) de l'arrivée. Au sommet, il reste encore 15 kilomètres, dont une partie en descente, avant de rejoindre Liège où la ligne est installée à l'entrée du cœur de ville. «On espère que les grimpeurs vont se lancer plus vite pour essayer de gagner», indique Thierry Gouvenou. L'Amstel Gold Race, dont la dernière édition a donné lieu dimanche dernier à un suspense total, avait procédé de la même manière voici deux ans.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.