Mort d’un cycliste

14 février 2019 10:52; Act: 14.02.2019 16:13 Print

La mère de Marco Pantani veut rouvrir l’enquête

Quinze ans après la mort du cycliste italien, sa mère, persuadée que le champion a été assassiné, a réaffirmé sa détermination à rouvrir l’enquête judiciaire.

storybild

La mère de Marco Pantani, le jour de l'enterrement du cycliste en 2004. (photo: AFP/Nico Casamassima)

Sur ce sujet
Une faute?

Il y a très exactement 15 ans, le 14 février 2004, mourait Marco Pantani. Le champion italien, devenu symbole des dérives des cyclistes de sa génération concernant le dopage, était retrouvé mort seul dans une chambre d’hôtel de Rimini. Une surdose de cocaïne avait engendré le décès du grimpeur.

Sa mère, Tonina Pantani, reste persuadée que quelqu’un est responsable de la mort de son fils. Aidée par un avocat de renom, elle a tenté de lancer de nouvelles investigations en 2014. Mais la Cour suprême avait clos le dossier trois ans plus tard. «Je connaissais très bien mon fils, j’ai toujours pensé qu’il avait été tué», déclare-t-elle cette semaine dans la Gazzetta dello Sport. «Ma bataille pour la vérité continue et j’espère qu’ils vont rouvrir l’enquête».

Marco Pantani était considéré comme l’un des meilleurs cyclistes de sa génération dans la deuxième moitié des années 1990. Son apogée a été atteint en 1998, lorsqu’il a réalisé le doublé Giro-Tour de France, un exploit qui n’a pas été réédité depuis. Mais un an plus tard, alors qu’il s’apprêtait à remporter de nouveau le Tour d’Italie, un contrôle antidopage l’a obligé à quitter la course. Le début d’une descente aux enfers qui s’est terminée dans un hôtel de Rimini.

La montée record de Marco Pantani dans l'Alpe d'Huez en 1997.

(jg/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Andrea le 14.02.2019 11:28 Report dénoncer ce commentaire

    Si je peux donner un bon conseil ce serait de laisser Marco dormir en paix. Tout le monde connait les responsables et jamais une enquête ne dévoilera quoi que ce soit. Ce qui s'est passé fait mal, très mal, mais les responsables sont protégés et celui qui veulent s'immiscer dans leurs affaires sera en grand danger. Oui, je comprends la mère, c'est dur, mais elle est seule à vouloir que la vérité éclate! Personne en Italie et ailleurs n'a intérêt à ce cette vérité éclate, autrement il n'y aurait plus de sport cycliste tout simplement!

  • L'Italiano le 15.02.2019 11:02 Report dénoncer ce commentaire

    Qui ne se souvient pas de l'assassinat d'Escobar, ce footballeur colombien qui avait marqué contre son but au Mondial aux USA 1994? Faites bien attention à vous madame!

  • un cesenaticienne le 14.02.2019 11:58 Report dénoncer ce commentaire

    et elle a raison la Tonina, en Italie les preuves étaient flagrantes qu'on l'a "suicidé". A Cesenatico tout le monde qui l'a connu en était certain.

Les derniers commentaires

  • L'Italiano le 15.02.2019 11:02 Report dénoncer ce commentaire

    Qui ne se souvient pas de l'assassinat d'Escobar, ce footballeur colombien qui avait marqué contre son but au Mondial aux USA 1994? Faites bien attention à vous madame!

  • un cesenaticienne le 14.02.2019 11:58 Report dénoncer ce commentaire

    et elle a raison la Tonina, en Italie les preuves étaient flagrantes qu'on l'a "suicidé". A Cesenatico tout le monde qui l'a connu en était certain.

  • Andrea le 14.02.2019 11:28 Report dénoncer ce commentaire

    Si je peux donner un bon conseil ce serait de laisser Marco dormir en paix. Tout le monde connait les responsables et jamais une enquête ne dévoilera quoi que ce soit. Ce qui s'est passé fait mal, très mal, mais les responsables sont protégés et celui qui veulent s'immiscer dans leurs affaires sera en grand danger. Oui, je comprends la mère, c'est dur, mais elle est seule à vouloir que la vérité éclate! Personne en Italie et ailleurs n'a intérêt à ce cette vérité éclate, autrement il n'y aurait plus de sport cycliste tout simplement!