Cyclisme

07 décembre 2018 14:46; Act: 07.12.2018 15:04 Print

Lance Armstrong a évité la faillite grâce à Uber

Il y a huit ans, le conseiller financier du cycliste déchu avait injecté de l'argent dans la toute jeune société Uber. Un placement qui s'est révélé très juteux.

storybild

Lance Armstrong a toujours eu un sens des affaires aiguisé. (photo: AFP/Ezra Shaw)

Sur ce sujet
Une faute?

Lance Armstrong l'a déclaré lors d'une interview accordée à CNBC: un investissement de 100 000 dollars dans la société Uber en 2010 a sauvé sa famille. À cette époque, le cycliste américain (47 ans aujourd'hui) est empêtré dans des problèmes juridiques qui lui coûtent des millions de billets verts.

En 2012, il est dépossédé de ses sept victoires dans le Tour de France (de 1999 à 2005) après avoir avoué eu recours au dopage. Il est contraint de rembourser ses primes, ses partenaires commerciaux l'abandonnent. Pis, au mois d'avril 2018, il verse 5 millions de dollars pour éviter un procès contre l'un de ses anciens sponsors qui lui réclamait 100 millions de dollars.

Le bénéfice? Motus!

Si Armstrong a pu éviter de se déclarer en faillite, c'est parce qu'il avait placé 100 000 dollars dans la toute jeune société Uber fondée en 2009. Il y a neuf ans, l'application mobile de service de transports valait 3,7 millions de dollars. Aujourd'hui, l'entreprise basée à San Francisco en vaudrait 120 milliards.

Le Texan n'a pas dévoilé la somme gagnée grâce à ce placement effectué par le cabinet Lowercase Capital de l'investisseur Chris Sacca. Mais le banni du vélo a reconnu que cela avait «sauvé sa famille». «Je ne savais même pas que mon argent avait été dans Uber. Je pensais que Sacca avait acheté une série d'actions Twitter à des anciens employés». Il a conclu en affirmant que cela lui semblait «trop beau pour être vrai».

(L'essentiel)