Cyclisme à Bruxelles

06 juillet 2019 13:35; Act: 06.07.2019 14:56 Print

Le Tour, un événement toujours populaire

Les fans de cyclisme, mais aussi les badauds, se pressaient samedi dans les rues de Bruxelles, transformée en circuit urbain pour vélo, à l'occasion du Tour de France.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Même lorsqu'il fait escale à l'étranger, le Tour de France draine les foules. Ce samedi n'a pas fait exception, avec le grand départ de la 106e édition de l'épreuve cycliste, à Bruxelles. Les 176 coureurs ont commencé par une sorte de parade dans les rues du centre-ville, derrière la voiture conduisant le roi des Belges Philippe et le roi du cyclisme Eddy Merckx, le dernier étant peut-être le plus acclamé par les foules massées le long des barrières. Il faut dire que l'épreuve lui rend hommage, 50 ans après sa première victoire.

Vêtus de manière décontractée et de toutes les couleurs, souvent en short, parfois avec des tee-shirt ou maillots à l'effigie des équipes cyclistes, les fans de vélo étaient aux anges. «Je viens presque tous les ans sur au moins une étape du Tour, explique François, un Belge de 36 ans. Cette année, c'est bien, je n'ai même pas besoin de me déplacer».

« Mais qu'est-ce qu'il se passe ici?!»

D'autres ne viennent pas spécialement pour les coureurs, reconnaissant parfois n'avoir aucune espèce d'intérêt pour la chose cycliste. «Je viens pour l'ambiance, pour les événements à côté», indique Manon, la vingtaine, venue de Charleroi avec des amies. La caravane publicitaire conserve son attrait, pour ne pas dire son hystérie, avec son lot de petits cadeaux jetés dans la foule. «Cela peut être intéressant, mais je ne vais pas attraper une casquette moche si c'est pour ne pas la mettre», dit Inès. Mais tout le monde ne raisonne pas ainsi, certains se battant quasiment pour attraper des objets plus ou moins futiles.

Certaines personnes, tout de même, n'apprécient pas du tout l'événement. Les esprits ont commencé à s'échauffer derrière la Bourse lorsque les barrières et les policiers bloquaient le passage. «Mais je dois aller travailler!», «pourquoi font-ils ça en plein centre-ville», «le Tour de France à Bruxelles, ça n'a aucun sens, c'est le tour du monde?!», pestaient certains passants. Un touriste anglophone qui semblait perdu interrogeait en fin de matinée, alors que les installations se mettaient en place, à sa plus grande surprise: «mais qu'est-ce qu'il se passe ici aujourd'hui?! Pourquoi y a-t-il tout cet attroupement et ces décorations?»

(De notre envoyé spécial à Bruxelles, Joseph Gaulier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.