Tour de France

16 juillet 2015 12:07; Act: 16.07.2015 12:08 Print

Quand Charly Gaul écœurait tous ses rivaux

LUXEMBOURG – Le Luxembourgeois a remporté son unique Tour de France en 1958. Grâce notamment à une étape d’anthologie, disputée le 16 juillet.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

L’étape du 16 juillet 1958 fait partie des plus mythiques de l’histoire du Tour de France. De celles qui ont forgé la légende de la course, au même titre que les exploits d’Eddy Merckx, de Luis Ocaña ou de Bernard Hinault. C’est ce jour-là, lors de la 21e des 24 étapes, que «l’Ange de la montagne» s’est assuré sa victoire dans le Tour, dégoûtant chacun de ses rivaux.

Charly Gaul était rentré dans l’histoire du Tour trois ans plus tôt en s’imposant à Briançon. L’étape qui le fait entrer dans la légende partait de cette même ville des Hautes-Alpes. Au menu des coureurs, un parcours titanesque de 219 kilomètres, avec notamment les cols du Luitel, de Porte, du Cucheron et du Granier. Surtout, un temps à ne pas mettre un cycliste dehors. Vent, pluie et orage ont accompagné les coureurs toute la journée.

Déluge et écarts abyssaux

Pas de quoi faire peur à Charly Gaul, aussi surnommé parfois «l’Homme des cataclysmes». Le Luxembourgeois avait déjà remporté deux étapes dont le chrono du Mont Ventoux dans ce Tour 1958, mais avait perdu un quart d’heure et beaucoup de ses illusions quelques jours plus tôt à cause d’une chute.

En ce 16 juillet, le coureur de l'équipe Pays-Bas/Luxembourg était bien décidé à sauver l’honneur. La météo terrible faisait grimacer ses rivaux, lui était aux anges. Sous le déluge, le natif de Pfaffenthal est parti en solitaire dès les premières pentes. Ses adversaires ne l’ont jamais revu. Au fil des kilomètres, Charly Gaul, sous des trombes d’eau, creusait irrémédiablement l’écart, sans que quiconque ait été en mesure de l’inquiéter.

À l’arrivée à Aix-les-Bains, où la visibilité ne dépassait pas quelques mètres, les écarts étaient abyssaux. Le maillot jaune français, Raphaël Géminiani, qui espérait bien faire jeu égal, a lâché 14'35" dans l’affaire. Des coureurs confirmés, comme Federico Bahamontes et Louison Bobet, ont aussi été largués. Le grand Jacques Anquetil, dégoûté, a quitté le Tour le lendemain soir. Charly Gaul ne portait pas encore le maillot jaune au soir de l’étape, mais se replaçait parmi les favoris. Le dernier contre-la-montre de l’épreuve, deux jours plus tard, lui permit de plier l’affaire.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • louis le 16.07.2015 20:21 Report dénoncer ce commentaire

    C'était la belle époque, (peut être pas de dopage ?), mais surtout pas d'oreillettes et de tactiques tordues. Quand un coureur avait des jambes, il ne demandait pas à son manager s'il pouvait lancer une échappée comme c'est le cas aujourd'hui.

Les derniers commentaires

  • louis le 16.07.2015 20:21 Report dénoncer ce commentaire

    C'était la belle époque, (peut être pas de dopage ?), mais surtout pas d'oreillettes et de tactiques tordues. Quand un coureur avait des jambes, il ne demandait pas à son manager s'il pouvait lancer une échappée comme c'est le cas aujourd'hui.

    • admirateur le 17.07.2015 09:11 Report dénoncer ce commentaire

      Si, au vin rouge avant l'étape. C'est une des personnes sur la photo n°6 qui me l'a rapporté....Il savait vivre à cette époque....avec 1,8 gr/litre.

    • wies julien le 17.07.2015 09:54 Report dénoncer ce commentaire

      bien dit

    • Vindulux le 17.07.2015 15:08 Report dénoncer ce commentaire

      @louis: a la belle époque le dopage était roi. La triche aussi. Et ce n'est pas Charly Gaul qui me démentirait