Cyclisme

10 septembre 2019 10:21; Act: 10.09.2019 11:50 Print

Rigoberto Uran: «C'est par miracle que je suis vivant»

Le coureur colombien de 32 ans se remet d'une chute qui l'avait contraint à abandonner sur la Vuelta, voici deux semaines.

Sur ce sujet
Une faute?

Le Colombien Rigoberto Uran a dit lundi qu'il récupérait bien de la violente chute qui l'a forcé à abandonner dès la 6e étape du Tour d'Espagne, fin août, et à laquelle il a dit avoir survécu «par miracle». «Merci à tous pour vos prières, parce que selon le docteur c'est "par miracle" que je suis vivant», a écrit le cycliste de 32 ans dans un message publié sur son compte Instagram, accompagnant deux photos où on le voit allongé sur le lit d'un hôpital de Barcelone, aux côtés de son épouse.

Le coureur de la formation américaine Education First a déclaré qu'il avait déjà, tout au long de sa carrière et de sa vie, subi des «coups durs» mais «jamais» comme celui du 29 août, qui l'a obligé à quitter la Vuelta.

Adulé par les Colombiens

Pris dans une chute massive au sein du peloton, Uran, alors 6e du classement général et un des prétendants à la victoire finale, s'était cassé la clavicule gauche, fracturé l'omoplate «à de nombreux endroits» et perforé le poumon gauche après s'être cassé deux côtes, selon l'équipe médicale d'Education First.

Adulé par les Colombiens pour son audace et son charisme, Uran s'est déjà classé deuxième au Tour de France 2017 - il a pris la 7e place cette année - et au Giro d'Italie (2013, 2014).

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.