Cyclisme

08 août 2020 18:21; Act: 08.08.2020 19:05 Print

Wout Van Aert remporte Milan-​​San Remo

Le Belge Wout Van Aert, 25 ans, s'est imposé entre Milan et San Remo samedi, au sprint devant le Français Julian Alaphilippe qui était tenant du titre.

Sur ce sujet
Une faute?

Le Belge Wout Van Aert (Jumbo) a remporté samedi la 111e édition de Milan-Sanremo, la première grande classique de la saison cycliste, devant le Français Julian Alaphilippe, vainqueur l'an passé. Van Aert s'est imposé d'une roue à l'arrivée des 305 kilomètres de la plus longue des classiques.

Le premier groupe de poursuite, réglé pour la troisième place par l'Australien Michael Matthews devant le Slovaque Peter Sagan, a franchi la ligne avec 2 secondes de retard. Dans cette «classicissima», reportée de cinq mois au cœur de l'été à cause de la pandémie, Alaphilippe a enflammé la course en attaquant dans le Poggio, la dernière difficulté, au seuil des 6 derniers kilomètres. Van Aert, qui a basculé au sommet à 4 secondes, est revenu dans la descente et le duo s'est disputé la victoire au sprint.

Son premier «monument»

Alaphilippe, à la peine sept jours plus tôt dans la course des Strade Bianche remportée par Van Aert, a ajouté un nouveau podium à sa collection (3e en 2017, vainqueur en 2019). Samedi, le Français a été retardé par une crevaison à l'approche de la Cipressa, l'avant-dernière difficulté. Mais il a pu reprendre place avant le pied de cette montée. Durant cette longue journée ensoleillée, l'échappée matinale formée de sept coureurs (Bais, Boaro, Carretero, Cima, Frapporti, Mazzuco, Tonelli) a compté un avantage maximal de moins de 7 minutes.

Le peloton l'a reprise à l'entrée des 36 derniers kilomètres, où la course a retrouvé son parcours classique. Van Aert, 25 ans, a enlevé son premier «monument». Triple champion du monde de cyclo-cross, le Belge a imité Alaphilippe qui avait gagné lui aussi l'an passé les Strade Bianche et Milan-Sanremo. «Alaphilippe a très bien joué le coup. Quand il a attaqué, il fallait tenir, tenir. Il n'y avait personne derrière moi, j'ai poursuivi l'effort», a commenté le Belge.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.