Football

19 septembre 2013 10:00; Act: 19.09.2013 13:35 Print

Une Europa League pas très rémunératrice

Les gains possibles versés par l'UEFA pour l'Europa League restent très loin de ceux de la Ligue des champions.

storybild

Pour des clubs aux gros budgets comme Tottenham, les primes liées aux performances en Europa League ne sont pas vitales.

  • par e-mail
Sur ce sujet

L'essentiel s'est procuré le détail des primes versées par l'UEFA aux clubs dans le cadre de l'Europa League. Force est de constater qu'elles restent très loin de celles de l'épreuve reine du continent, la Ligue des champions.

Ainsi, alors qu'une simple participation à la phase de poules de la C1 rapporte au minimum 8,6 millions à chaque clubs, plus 1 000 000 la victoire et 500 000 le nul, en Europa League, il faudrait carrément remporter la compétition pour atteindre de tels chiffres. Le vainqueur final pouvant espérer des gains fixes maximaux de seulement 9,9 millions d'euros en C3.

5 millions d'euros pour le titre

La prime pour la phase de poules a été fixée cette saison à 1,3 million, plus 200 000 euros la victoire et 100 000 le nul. Les premiers de chacun des douze groupes recevront eux 400 000 euros en plus, les deuxièmes 200 000. Puis 350 000 euros en plus en cas de qualification pour les huitièmes, 450 000 euros pour les quarts et 1 million pour les demies. Le vainqueur final empochera ensuite 5 millions d'euros en plus, le perdant la moitié.

Mais si l'attrait financier ne semble guère attrayant pour certains clubs aux gros budgets, ces derniers n'hésitent pas néanmoins à jouer le coup à fond en Europa League, misant certainement sur les retombées en termes d'image en cas de victoire finale. Ainsi, la saison dernière, la finale opposait les Blues de Chelsea aux Portugais de Benfica.

Philippe Di Filippo