Mario Mutsch

07 novembre 2013 10:00; Act: 07.11.2013 13:49 Print

«Saint-​​Gall n'a rien à perdre face à Valence»

Balayés 5-1 à l'aller, Saint-Gall et Mario Mutsch devront battre Valence, jeudi soir, pour se relancer en Europa League.

storybild

Mario Mutsch espère que son équipe va montrer, jeudi soir, un autre visage qu'au match aller. (photo: Editpress)

  • par e-mail
Sur ce sujet

L'essentiel: Avec trois points de retard sur le deuxième, Valence, vous êtes dans une situation délicate dans le groupe A...

Mario Mutsch: Nous avions bien démarré en battant le FC Kuban (2-0). À Swansea, le match n'a pas tourné en notre faveur (1-0). Nous avons eu beaucoup d'occasions et même loupé un penalty avant que les Anglais n'ouvrent le score.

Comment expliquez-vous la lourde défaite à Valence 5-1?

C'est allé très vite (NDLR: 4-0 après 33 minutes). L'Espagne, c'est le meilleur football d'Europe et le FC Valence est un habitué des coupes d'Europe. Leur jeu tout en mouvement nous a posé beaucoup de soucis. Mais il faut aussi dire que nous n'étions pas dans un bon jour.

Comment abordez-vous le match retour, jeudi soir?

Nous voulons retrouver le Saint-Gall que l'on aime voir. Nous avons l'occasion de nous rattraper mais nous devrons tous être à 100%. Nous n'avons rien à perdre car nous n'avons jamais prétendu viser la qualification. C'est une bonne expérience pour le club et une récompense pour notre parcours la saison dernière. Pour Saint-Gall et toute sa région, ce soir, c'est le gros match de l'année. Le stade sera plein. Nous devons rendre fier notre public.

En championnat, vous visez à nouveau l'Europe..

Tout est ouvert. Nous jouons encore sur les trois tableaux: la Coupe nationale, l'Europa League et le championnat, qui reste notre priorité. Nous voulons accrocher le trio de tête.

(Philippe Di Filippo)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).