FC Metz

27 juillet 2017 11:27; Act: 27.07.2017 16:20 Print

Génération Foot, pépinière lorraine en afrique

Emmanuel Adebayor, Papiss Cissé, Sadio Mané, Diafra Sakho, Ismaïla Sarr... Tous ont percé au FC Metz avant d'être vendus intelligemment à des cadors européens.

  • par e-mail
Sur ce sujet

Tous ces joueurs sont issus de Génération Foot, le centre de formation du club mosellan au Sénégal. Depuis l'an 2000, l'académie basée à Dakar recrute et forme des jeunes footballeurs africains, majoritairement sénégalais, dans le but de les confier à la formation de L1 à la fin de leur formation si leur niveau le leur permet. «L'objectif est de les intégrer au groupe pro six mois après leur arrivée à Metz», explique Olivier Perrin, ancien éducateur messin, détaché depuis quatre ans à l'académie comme manager.

L'idée a germé dans la tête de Mady Touré, recruteur du club à la Croix de Lorraine au début des années 2000. Elle a pris forme après des discussions avec le président et l'entraîneur de l'époque, Carlo Molinari et Joël Muller. «Quand je proposais des joueurs africains, on me disait toujours qu'il manquait un petit quelque chose», se souvient-il. Cet amoureux du ballon rond débute son immense chantier qu'il voit, à terme, comme une machine à créer des pépites.

Les premières infrastructures sont mises en place sans eau ni électricité. Tout est à faire: recrutement des joueurs, des formateurs. Parmi les premières réussites: le Togolais Emmanuel Adebayor. «Il fallait que toutes les conditions soient réunies à l'académie pour que le jeune qui arrive à Metz ne perde pas de temps à s'adapter», poursuit Traoré. Perrin s'installe à Dakar pour faire prendre une nouvelle dimension à l'académie et pour adapter sur place ce qui existe déjà à Metz.

Niane a fait «une très bonne impression»

«Les terrains, les entraînements, l'approche médicale, l'alimentation, le vocabulaire tactique, les séances vidéo», énumère-t-il. Si le budget de fonctionnement est gardé secret, l'équation est simple: plus l'académie sort de bons joueurs qui rejoignent le FC Metz, plus le club est en mesure de mettre des moyens financiers au développement de Génération Foot avec l'argent généré par les transferts. Et ça rapporte. Dernier exemple en date: le transfert de l'ancien pensionnaire Ismaïla Sarr à Rennes mercredi, aurait rapporté près de 17 millions d'euros, selon des sources proches du dossier.

Les prochains sur la liste? L'attaquant Ibrahima Niane, qui a fait «une très bonne impression» à l'entraîneur messin Philippe Hinschberger, est annoncé comme un futur bon. Ces joueurs sont issus d'une sélection drastique dans un continent qui regorge de joueurs à très fort potentiel. «Nous avons 100 gamins en stage toute l'année, 62 scolarisés, les autres sont en apprentissage qu'on cherche à développer avec le CNED (NDLR: études à domicile) ou l'Institut français. Chez les jeunes, ils ne sont que quatre ou cinq par catégories d'âge», détaille Olivier Perrin.

«Être champion du monde des clubs»

À son départ, le joueur doit idéalement savoir parler deux langues, le français et l'anglais, savoir se faire à manger, et avoir le permis de conduire. «Quand je vais là-bas, je retrouve le matériel du FC Metz, le fonctionnement, les entraînements, les matches. Les contacts entre Metz et Dakar sont permanents. Je connais déjà deux ou trois futurs cracks», sourit Philippe Gaillot, directeur général messin.

Une école doit ouvrir en octobre, avant un plus grand projet: la construction d'un stade de 25 000 places. Car, à peine promu en première division, Génération Foot est aussitôt devenu champion du Sénégal cette saison, sans oublier une Coupe nationale. «Mon rêve? Être champion d'Afrique sous 10 ans, avant d'être champion du monde des clubs», avoue Mady Touré, qui a reçu des émissaires de Galatasaray, de la Juve ou de Marseille qui souhaitent s'inspirer de sa réussite.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.