Joueur décédé

28 janvier 2020 19:58; Act: 29.01.2020 15:20 Print

Cardiff porte plainte contre X dans l'affaire Sala

Un nouveau recours judiciaire a été déposé par le club gallois, qui ne veut pas payer le transfert du joueur décédé en janvier 2019, juste après la transaction.

storybild

Emiliano Sala a été transféré juste avant son accident d'avion. Ici la veille de son décès, lors de sa présentation à Cardiff. (photo: AFP/str)

Sur ce sujet
Une faute?

Cardiff a annoncé mardi le dépôt d'une plainte contre X à Nantes pour faire la lumière sur le transfert et la mort d'Emiliano Sala, disparu il y a un an dans un accident d'avion, a fait savoir l'avocat du club gallois. Cette plainte vise les modalités du transfert et l'organisation du vol fatal, a précisé Me Antoine Vey, ciblant en particulier le président du FC Nantes, Waldemar Kita.

«La première question qui est posée par cette plainte c'est: qui sont les intermédiaires qui sont intervenus? Pourquoi n'avaient-ils pas de licence, et n'était-il pas prévu, au regard du montant assez important du transfert, une série de rétrocessions non déclarées au bénéfice notamment du FC Nantes et de son président (Waldemar Kita)? On a des éléments qui semblent indiquer que le président avait demandé 10% sur la vente pour son compte personnel», a accusé Me Vey. L'avocat s'est aussi interrogé sur le rôle exact du FC Nantes, dans la logistique du vol.

Une procédure en cours

Sollicité au sujet de cette plainte mardi en début de soirée, le procureur de la République de Nantes a déclaré qu'il n'avait encore «rien reçu». Cette démarche de Cardiff intervient un an après le décès de l'attaquant argentin, le 21 janvier 2019. Sala, transféré deux jours plus tôt de Nantes à Cardiff pour 17 millions d'euros, est mort dans l'accident du petit avion de tourisme qui le conduisait à son nouveau club.

Depuis, Nantes réclame le paiement du transfert à Cardiff, qui s'y refuse en évoquant des irrégularités dans le transfert et dans l'organisation du vol qui a coûté la vie au joueur et à son pilote, David Ibbotson. Fin septembre, la FIFA a donné raison à Nantes et ordonné le paiement d'une première tranche de six millions d'euros, mais Cardiff a saisi le Tribunal arbitral du sport (TAS), dont la décision n'est pas attendue avant juin.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.