En Australie

26 mars 2020 08:48; Act: 26.03.2020 10:34 Print

Deux footballeurs confinés font une virée en voiturette

Le footballeur des Wellington Phoenix, Tim Payne, a présenté ses excuses, après avoir été intercepté au volant d'une voiturette de golf à Sydney, au terme d'une soirée arrosée.

Sur ce sujet
Une faute?

Le milieu néo-zélandais et son compatriote gardien de but Oliver Sail, passager à bord du véhicule, risquent de très lourdes sanctions pour cette escapade dans la nuit de lundi à mardi. Les Phoenix, une équipe basée à Wellington, se trouvaient alors à l'isolement à Sydney dans l'espoir de jouer leurs matchs de A-League si ce championnat qui rassemble des équipes australiennes et néo-zélandaises reprenait à huis clos.

L'aggravation en Australie de l'épidémie du nouveau coronavirus a cependant réduit ces espoirs à zéro et les Phoenix sont finalement rentrés mardi, en Nouvelle-Zélande. Tim Payne, un international néo-zélandais de 26 ans, a raconté que ses coéquipiers et lui avaient arrosé leur ultime soirée australienne, lundi, dans leur lieu de résidence dans le nord de Sydney. Oliver Sail et lui ont alors décidé de faire une virée en voiturette.

«C'est évidemment une erreur de ma part»

Tim Payne a affirmé que le duo avait été intercepté par la police, tout en niant les informations selon lesquelles ils auraient été formellement arrêtés. Des médias rapportent que cette escapade a pris fin à environ cinq kilomètres de la résidence des joueurs et que Tim Payne a été contrôlé positif à l'éthylotest. «Je suis profondément désolé et profondément gêné», a déclaré M. Payne, sur une radio néo-zélandaise.

«J'assume totalement la responsabilité de mes actions et de ce qui s'est passé ce soir-là (...) J'accepte totalement qu'il y aura des répercussions. C'est évidemment une erreur de ma part, le genre de chose que l'on souhaiterait pouvoir annuler». La fédération australienne de football, qui gère la A-League, a annoncé une enquête. Les Wellington Phoenix ont confirmé qu'un incident impliquant MM. Payne et Sail avait eu lieu, en expliquant que des enquêtes étaient en cours.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.