Justice interne

19 août 2020 18:14; Act: 20.08.2020 14:37 Print

La FIFA classe l'affaire de son président Infantino

Le président de la FIFA, Gianni Infantino, a bénéficié d'un classement de son affaire par la justice interne. Il reste sous le coup d'une procédure en Suisse.

storybild

Gianni Infantino bénéficie d'une absence de preuves, selon la FIFA. (photo: AFP/Giuseppe Cacace)

Sur ce sujet
Une faute?

La justice interne de la FIFA, après avoir ouvert une enquête préliminaire, a décidé de classer l'affaire visant le président de l'instance, Gianni Infantino, toujours sous le coup depuis fin juillet d'une procédure pénale en Suisse. «Après avoir examiné la documentation et les preuves pertinentes», la présidente de la chambre d’instruction de la Commission d'éthique a décidé de «classer l'affaire en raison de l'absence évidente de preuves concernant toute violation présumée du code d’éthique», indique la FIFA, dans un communiqué.

Depuis le 30 juillet, M. Infantino est sous le coup d'une procédure pénale en Suisse, le procureur fédéral extraordinaire Stefan Keller estimant qu'il y a des «éléments constitutifs d'un comportement répréhensible en rapport avec la rencontre entre le procureur général Michael Lauber» et le président de la FIFA. Les infractions évoquées dans le dossier sont «l'incitation à l'abus d'autorité», la «violation du secret de fonction» et «l'entrave à l'action pénale». La commission d'éthique avait ouvert une enquête préliminaire.

Ces allégations faisaient référence «à plusieurs violations présumées du code d’éthique de la FIFA, dont notamment la réservation par l'instance d’un vol privé du Suriname à Genève et des rencontres entre M. Infantino et Michael Lauber, procureur général de la Confédération helvétique», a précisé l'instance. Selon la présidente de la chambre d'instruction de la Commission d'éthique, la Colombienne Maria Claudia Rojas, sur la base des «informations disponibles, aucun aspect des comportements analysés ne constitue une violation de la réglementation de la FIFA et ne justifierait aucunement l'adoption de quelque mesure que ce soit, y compris une suspension provisoire».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Unicorn le 20.08.2020 09:14 Report dénoncer ce commentaire

    Seuls les USA, avec leurs lois d'extraterritorialité sont une menace pour les abus des instances internationales des fédérations sportives, mais il faudrait qu'un citoyen, une société américaine dans le monde, ou n'importe quelle personne morale ou physique au USA soit impliqué, où que dans les abus on aie fait usage du dollar. La question se pose pourquoi les autres pays ne font pas pareil?

  • Cybertrasch le 20.08.2020 09:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils sont tout simplement... Fantastique à la FIFA. l

  • JP L le 20.08.2020 16:37 Report dénoncer ce commentaire

    Justice? L'une des premières décisions de Gianni Infantino après son accession à la présidence de la FIFA a été de supprimer l'indépendance de la Commission d'éthique qui, depuis, est sous ses ordres….

Les derniers commentaires

  • JP L le 20.08.2020 16:37 Report dénoncer ce commentaire

    Justice? L'une des premières décisions de Gianni Infantino après son accession à la présidence de la FIFA a été de supprimer l'indépendance de la Commission d'éthique qui, depuis, est sous ses ordres….

  • Cybertrasch le 20.08.2020 14:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pauvre Michel... C'est le FIFA Circus maintenant

  • Plus rien ne m'étonne le 20.08.2020 10:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi Platini fut condamné et pas Infantino ? Bizarre...

  • Cybertrasch le 20.08.2020 09:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils sont tout simplement... Fantastique à la FIFA. l

  • Unicorn le 20.08.2020 09:14 Report dénoncer ce commentaire

    Seuls les USA, avec leurs lois d'extraterritorialité sont une menace pour les abus des instances internationales des fédérations sportives, mais il faudrait qu'un citoyen, une société américaine dans le monde, ou n'importe quelle personne morale ou physique au USA soit impliqué, où que dans les abus on aie fait usage du dollar. La question se pose pourquoi les autres pays ne font pas pareil?