En Espagne

30 janvier 2019 15:59; Act: 30.01.2019 17:28 Print

La justice rouvre l'enquête sur la greffe d'Abidal

La greffe du foie subie en 2012 par l'ex-joueur français, Eric Abidal, actuel directeur sportif du FC Barcelone, va de nouveau faire l'objet d'une enquête judiciaire.

storybild

Éric Abidal avait diffusé une photo de lui juste après sa greffe en compagnie de Gérard, son cousin, qui lui a donné une partie de son foie. (photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

La justice espagnole a décidé mercredi, de rouvrir une enquête sur la greffe du foie subie en 2012 par l'ex-joueur français, alléguant l'existence de nouveau indices. Dans leur avis, des magistrats de l'Audience provinciale de Barcelone estiment «accréditée l'existence de nouveaux indices à l'encontre» des personnes ciblées par l'enquête. «Il convient de rouvrir les procédures et de révoquer les résolutions» allant dans le sens d'un classement de l'affaire, ajoutent les juges saisis par le parquet et l'avocat de l'État espagnol après la décision de non-lieu prise en octobre par une juge d'instruction.

À l'époque, cette magistrate avait allégué «l'absence de preuves, s'agissant de simples conjectures et soupçons» et l'impossibilité légale de pratiquer des examens sur la personne du donneur du foie, un cousin d'Éric Abidal. La justice avait déjà enquêté pendant un an sur un éventuel délit de trafic d'organe dans cette affaire avant de la classer. Éric Abidal (39 ans), à l'époque défenseur du Barça et de l'équipe de France, avait subi il y a sept ans à Barcelone une greffe pour soigner un cancer du foie, ce qui l'avait éloigné des terrains pendant un an.

Des «irrégularités présumées»

Abidal avait fait valoir que son cousin Gérard Armand, domicilié en France, était le donneur. Ce dernier avait assuré n'avoir rien touché, «pas un centime», en échange. Mais la réouverture de l'enquête avait été réclamée après la publication par le média El Confidencial d'enregistrements de l'ex-président du Barça, Sandro Rosell, laissant penser que le club aurait acheté - illégalement - un foie pour son ancien joueur.

Le parquet de Barcelone a alors demandé que M. Armand soit soumis à des examens pour prouver qu'il avait effectivement donné une partie de son foie. Une demande rejetée en octobre par la juge d'instruction, estimant impossible de l'obliger à se soumettre à un examen médical en vertu de la législation française. Les magistrats de l'Audience provinciale de Barcelone ont pour leur part relevé de possibles anomalies dans la procédure de don d'organes, pointant l'absence de document d'identité du donneur dans le dossier médical et des «irrégularités présumées» dans l'acte de consentement signé par les parties.

Ce qui, à leurs yeux, constitue «des indices suffisants de la commission présumée du délit au cœur de l'enquête» et justifie la poursuite des investigations, comme par exemple la convocation comme témoin de Gérard Armand. Le Barça, Éric Abidal, Sandro Rosell et l'organisation espagnole chargée du don d'organes (ONT) ont toujours démenti tout délit.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • dadani le 30.01.2019 17:36 Report dénoncer ce commentaire

    Faut pas trop s'étonner des irrégularities, moi j'ai signé le consentement le jour de ma sortie de l'hôpital, si j'avais refusé ils auraient été bien ...

Les derniers commentaires

  • dadani le 30.01.2019 17:36 Report dénoncer ce commentaire

    Faut pas trop s'étonner des irrégularities, moi j'ai signé le consentement le jour de ma sortie de l'hôpital, si j'avais refusé ils auraient été bien ...