Football

14 novembre 2020 14:53; Act: 14.11.2020 14:55 Print

Le fils de Robert Louis-​​Dreyfus lorgne Sunderland

À seulement 22 ans, Kyril Louis-Dreyfus, fils de l’homme d’affaires décédé en 2009, est à la tête d’un consortium en passe de racheter le club anglais.

storybild

Marqué par le passage de son père à la tête de l’OM, Kyril Louis-Dreyfus est resté un supporter passionné du club. (photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

Un Louis-Dreyfus à la tête d’un club de football, cela ne vous rappelle rien? Kyril Louis-Dreyfus marche sur les traces de son père Robert, propriétaire de l’Olympique de Marseille entre 1996 et 2009, date de son décès. Le fils de l’homme d’affaires est tout proche d’acquérir Sunderland (D3 anglaise), révèle The Guardian.

Le quotidien britannique affirme que l’actuel actionnaire majoritaire du club anglais, Stewart Donald, aurait conclu un accord pour céder la quasi-totalité de ses parts à un consortium co-dirigé par Kyril Louis-Dreyfus, donc, et l’homme d’affaires uruguayen Juan Sartori, déjà actionnaire minoritaire de Sunderland. La vente pourrait être actée d’ici deux semaines.

Un véritable passionné de foot

Si Stewart Donald cherche désespérément à se débarrasser des Black Cats depuis plusieurs mois, voir brusquement apparaître «KLD» dans ce dossier a de quoi déconcerter vu son âge (22 ans). Mais le jeune homme, qui est né à Zurich et a effectué ses études au sein de l’école internationale de la ville, entretient une passion non feinte pour le football et notamment pour l’OM. Sa mère, Margarita Louis-Dreyfus, conserve toujours 5% des parts du club phocéen et Kyril n’y est pas étranger. «C’est pour lui que j’avais gardé 5%», a-t-elle glissé en 2016, lors de la vente à l’Américain Frank McCourt.

S’il venait à racheter Sunderland, Kyril Louis-Dreyfus mettrait les pieds dans un club à l’agonie. Depuis qu’elle a quitté la Premier League, en 2017, l’équipe du nord-est de l’Angleterre enchaîne les déconvenues et a chuté jusqu’en troisième division. Ses malheurs ont d’ailleurs fait l’objet d’une série rendue célèbre par Netflix, «Sunderland ‘Til I Die».

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.