Football

31 juillet 2019 16:06; Act: 31.07.2019 16:40 Print

Le vainqueur de la C1 africaine toujours inconnu

On ne sait toujours pas qui a remporté la Ligue des champions africaine. Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a renvoyé la balle à la Confédération africaine.

Sur ce sujet
Une faute?

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a annulé la décision de la Confédération africaine de football (CAF) de faire rejouer la finale retour de la Ligue des champions africaine entre l'Espérance de Tunis et le Wydad Casablanca. L'Espérance, poids lourd du continent, avait été sacrée champion d'Afrique dans la confusion, après que son adversaire marocain a quitté la pelouse pendant le match retour de la finale, suite à un litige sur un but refusé par l'arbitre alors que l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR) était en panne.

Quatre jours plus tard, la CAF a décidé que le match serait rejoué sur terrain neutre en estimant que «les conditions de jeu et de sécurité n'étaient pas réunies (...), empêchant le match d'arriver à son terme».

Les demandes du Wydad Casablanca rejetées

Dans sa décision, rendue publique ce mercredi par communiqué, le tribunal indépendant, plus haute juridiction sportive basée à Lausanne, conclut que le comité exécutif de la CAF n'était pas «compétent» pour prendre une telle décision. Il «appartient désormais aux organes compétents de la CAF» d'examiner les incidents survenus lors de la finale polémique disputée le 31 mai au Maroc et de «décider si le match retour de la Ligue des champions CAF 2018/19 doit être rejoué ou non», précise-t-il, sans se prononcer sur l'identité du lauréat.

Le TAS écrit que les demandes du club marocain (être désigné vainqueur et empocher la prime) ont été rejetées et que celles de l'Espérance seront examinées ultérieurement. Le club tunisien, y voyant une victoire définitive, s'est empressé de se déclarer «champion d'Afrique» sur sa page Facebook.

«La Formation du TAS continuera ses délibérations relatives aux requêtes de l'Espérance Tunis et préparera une sentence finale, tout en tenant compte de toute décision éventuelle prise par la CAF dans cet intervalle», conclut pourtant le TAS.

(L'essentiel/afp)