Football

19 juin 2019 07:08; Act: 19.06.2019 09:40 Print

Michel Platini repart libre de sa garde à vue

La police française a laissé repartir libre l'ex-président de l'UEFA, dans l'enquête sur les conditions d'attribution du Mondial 2022.

storybild

Michel Platini, à sa sortie de sa garde à vue, mardi soir.

Sur ce sujet
Une faute?

L'ancien patron de l'UEFA, Michel Platini, et l'ancien bras droit de Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, ont été interrogés longuement mardi par des enquêteurs sur des soupçons de corruption sur les conditions d'attribution du Mondial 2022 et sur l'organisation de l'Euro 2016 en France.

L'ancienne star de l'équipe de France (64 ans vendredi), qui fut aussi vice-président de la FIFA jusqu'en 2015, est ressorti libre sans qu'aucune charge n'ait été retenue à son encontre, d'après son avocat, après plusieurs heures de garde à vue dans les locaux de l'office anticorruption de la police judiciaire (OCLCIFF) à Nanterre, près de Paris.

Platini avait les traits tirés

L'ancienne conseillère sport de Nicolas Sarkozy, Sophie Dion, a été aussi placée en garde à vue, tandis que l'ex-secrétaire général de l'Élysée, Claude Guéant, a pour sa part été interrogé comme suspect libre. Tous trois sont ressortis tard dans la nuit.

«Ça a été long mais vu le nombre de questions, ça ne pouvait être que long, puisqu'on m'a posé des questions sur l'Euro 2016, la Coupe du monde en Russie, la Coupe du monde au Qatar, la FIFA», a déclaré Michel Platini à des journalistes à sa sortie de garde à vue, les traits tirés, peu avant 1h du matin, mercredi. Il a précisé avoir répondu de façon «tranquille» à tous ces sujets.

«Pas d'éléments susceptibles de corruption»

Son avocat, William Bourdon, a pour sa part dénoncé «beaucoup, beaucoup de bruit pour rien». «Les enquêteurs ont voulu pour des raisons techniques, exclusivement techniques, que les personnes puissent être entendues pour qu'elles ne se concertent pas entre elles», a-t-il affirmé, rappelant que son client avait déjà été entendu en audition libre comme témoin «il y a 18 mois». «Nous sommes tous les deux sereins et confiants dans l'avenir», a-t-il conclu.

L'avocat de Claude Guéant a lui aussi indiqué que les enquêteurs avaient posé un certain nombre de questions à son client «pour savoir ce qu'il avait vu, ce qu'il avait su de l'organisation, non seulement de l'attribution de la Coupe du monde à la Russie en 2018 et au Qatar en 2022 mais aussi de l'organisation de l'Euro 2016 en France». Selon Me Philippe Bouchez el Ghozi, Claude Guéant a répondu qu'il n'y avait pas «à sa connaissance des éléments qu'on puisse qualifier susceptibles de corruption».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.