JO 2018

15 février 2018 09:35; Act: 15.02.2018 09:58 Print

Ces sports auxquels vous avez échappé

Les Jeux olympiques d'hiver ont connu quelques disciplines assez intéressantes au fil des années. Et d'autres un peu moins, forcément.

storybild

Le ski joëring est une discipline qui mêle le ski et un attelage animal. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le slopestyle, les moguls, le big-air, tout ça vous dépasse? Ça peut se comprendre. Les Jeux olympiques en général sont toujours en mouvement et des disciplines diverses et variées rejoignent leur giron ou le quittent, selon les modes ou les évolutions des sports, des habitudes de consommation et des velléités des organisateurs. Plusieurs «sports» viennent simplement en démonstration et repartent aussi vite qu'ils étaient venus.

À Tokyo par exemple, en 2020, le karaté, le surf, l'escalade, le skateboard et le baseball/softball vont faire ou refaire leur apparition. En compétition officielle. Quatre ans plus tard, la pétanque, pour ne citer qu'elle, ne désespère pas de faire partie du programme de Paris 2024. Et si des sports apparaissent, forcément, certains doivent disparaître. Petit florilège d'épreuves hivernales trop tôt disparues ou qui n'ont jamais convaincu. Et des fois, c'est franchement tant mieux.

Ballet à skis

Entre 1988 et 1992, Conny Kissling était une star en Suisse ou presque. L'Argovienne a gagné 106 épreuves de Coupes du monde, entre bosses, saut acrobatique, combiné et... le ballet, sa spécialité. L'épouse d'Urs Lehmann, champion du monde de descente en 1993, a glané également trois médailles olympiques, alors que son sport était en démonstration. Elle a aussi été nommée sportive suisse de l'année en 1992. En quoi consistait sa discipline de prédilection? De la neige, deux skis, deux bâtons, de la musique et c'est parti! Génial.


Ski joëring

Des fois, une page Wikipédia vaut mieux que mille explications trop compliquées: «Le ski attelé ou ski joëring (terme issu du suédois Skidkörning et/ou du norvégien Skikjøring) est une discipline sportive alliant le ski et un attelage animal, équestre ou canin. Il se pratique avec un ou plusieurs chiens, un cheval ou un poney attelés qui tirent le skieur. Il existe également une forme motorisée de cette activité. Le ski joëring canin s'accompagne couramment d'une pukla». Seuls les Jeux de 1928 à Saint-Moritz ont eu droit à de telles épreuves. Ce sont les chevaux qui avaient alors les faveurs de la cote auprès des athlètes, mais certains avaient tout de même tenté de concourir avec des chiens.


Patinage synchronisé

C'est un sport souvent pratiqué sous nos latitudes, mais qui n'a pour l'heure qu'un rêve olympique lointain. Certains ont essayé de l'imposer au début de ce siècle... D'autres rêvent encore à l'introduire dans un futur proche dans le giron des JO. Pour l'heure, les deux records du monde de la discipline (programmes court et libre) ont été établis à Neuchâtel en 2004 par une équipe suédoise. C'est comme le patinage artistique, mais avec bien plus de gens sur la glace. Spectaculaire certes, mais il faudrait sacrément agrandir les Villages olympiques pour pouvoir accueillir tout ce petit monde.


Eisstocksport

Si vous tombez sur des gens qui jouent avec des espèces de palets de 4,3 kg, avec une poignée de 30 centimètres, sur un rectangle de glace de 28 mètres sur 6, c'est que vous faites face à des adeptes l'Eisstocksport, sport de démonstration aux JO de 1936 à Garmisch et 1964 à Innsbruck.


La patrouille militaire

C'est l'ancêtre du biathlon! Par formations de quatre militaires, les équipes parcouraient 25 km et devaient tirer sur des cibles. La patrouille militaire a été une seule fois au programme officiel des Jeux: en 1924. Six pays étaient au départ et seulement quatre ont rallié l'arrivée. La Suisse l'a emporté devant la Finlande et la France. La discipline a ensuite été sport de démonstration en 1936 et en 1948.


Alpinisme

Trois titres olympiques ont été remis à des alpinistes au début du siècle dernier. Mais il ne s'agissait pas de compétition à part entière. En 1924, par exemple, une expédition menée par le Général britannique Charles Bruce a reçu une médaille d'or pour ses multiples tentatives manquées de grimper l'Everest. Sept sherpas morts dans une avalanche à cette occasion ont aussi été honorés à titre posthume. Huit ans plus tard, ce sont les frères allemands Franz et Tony Schmidt qui ont été «dorés», pour leur ascension réussie de la face nord du Cervin. Puis, en 1936, Gunther Dyrenfurth et sa femme, deux Suisses, ont reçu une breloque pour leurs diverses explorations himalayennes.

Pentathlon d'hiver

Il n'y a pas que les JO d'été qui ont eu droit à leur pentathlon. Ceux d'hiver aussi! Bon, pas longtemps, mais quand même. Lors de la seule édition en simple démonstration, en 1948 à Saint-Moritz, c'est le Suédois Gustav Lindh qui avait emporté la médaille d'or. Il s'était montré le meilleur dans cette discipline que l'on peut aisément qualifier d'unique et qui réunissait des compétitions de ski de fond, de tir, de ski alpin, d'escrime et d'équitation. Tellement unique qu'on n'a pas retrouvé la moindre vidéo de la chose.

Bandy

Le bandy est encore bien connu de nos jours dans les pays scandinaves. Cette discipline, sorte de hockey sur glace du coin joué sur une glace de la taille d'un terrain de football, a été sport de démonstration à une seule reprise dans l'histoire des Jeux olympiques. C'était à Helsinki et les Finlandais ont terminé médaille de bronze d'un tournoi qui ne comportait que… trois équipes. La Suède a fini en or, devant la Norvège. Au goal-average, parce que toutes ces formations avaient gagné une fois!


(L'essentiel/rca)