JO 2018 - Patinage artistique

13 février 2018 11:50; Act: 13.02.2018 13:23 Print

De potiche de la NHL à médaillée olympique

Il y a deux ans, l'Américaine Mirai Nagasu jouait les «Ice Girls» en NHL. Lundi, elle a écrit l'histoire de son pays.

Sur ce sujet

«Il n'y a pas de sot métier», paraît-il. Cet adage n'est pas forcément faux, même si le job de «Ice girl» aux États-Unis n'est sans doute pas la plus gratifiante des activités rémunérées. Quel est leur travail au fait? Entrer sur la glace lors des pauses publicitaires des matches de NHL, pour enlever le trop-plein de neige qui a envahi la patinoire. Le tout, dans un accoutrement le plus court possible, pour le plus grand bonheur des fans remplis de bières et de pop-corn.

C'est ce travail que faisait encore Mirai Nagasu, patineuse artistique américaine de 24 ans, lors de la saison 2015/2016 de la meilleure Ligue du monde de hockey. Le site de la franchise professionnelle de l'Avalanche du Colorado s'en gargarise d'ailleurs aujourd'hui, expliquant que l'athlète «a représenté l'organisation auprès de la communauté et lors de galas de charité, incluant des cours de patinage dans la région de Rocky Mountain. Elle et sa troupe aidaient également à maintenir la glace du Pepsi Center digne des standards requis par la NHL et l'association des joueurs professionnels»...

Heureusement pour elle, la jeune Californienne est aujourd'hui bien loin de tout ça. Elle habite toujours dans le Colorado, mais étudie désormais le commerce international à l'Université de Colorado-Colorado Springs, à quelques kilomètres du centre d'entraînement des athlètes olympiques américains. À PyeongChang, Nagasu participe actuellement à ses deuxièmes Jeux olympiques, après avoir pris part à ceux de Vancouver en 2010. Et ce qui est sûr, c'est qu'elle n'a pas fait le voyage pour rien.

Lundi, la championne des États-Unis en 2008 a écrit l'histoire du patinage artistique de son pays. Cette fille de deux immigrés japonais a réussi à poser le premier triple axel (un axel est un saut partant sur une carre extérieure, avant et se terminant sur une carre extérieure arrière, après une rotation d'un tour et demi dans l'espace) de son pays aux JO. Jamais une Américaine n'avait, en effet, réussi cet exploit. Elle est également, seulement, la troisième au monde à l'avoir «plaqué» aux Jeux olympiques. De quoi emmener les États-Unis vers le bronze olympique par équipes.

(L'essentiel/rca)