Ligue des Champions

16 février 2015 19:45; Act: 16.02.2015 19:59 Print

Le Bayern Munich revigoré, Paris diminué

Le Bayern Munich a retrouvé sa force de frappe avant d'affronter le Shakhtar Donetsk, en 8e de finale aller de Ligue des champions, tandis que le Paris SG reçoit sa bête noire Chelsea.

storybild

Laurent Blanc, l'entraîneur du PSG, et David Luiz, vont jouer gros contre Chelsea. (photo: AFP)

Sur ce sujet

«Je suis ravi que notre style de jeu soit de retour». Le coach du Bayern Munich Pep Guardiola peut l'être, ravi, après avoir atomisé Hambourg (8-0) ce week-end en Bundesliga. Et la formation de Bavière peut s'appuyer sur un duo «Rib-Rob» retrouvé. Arjen Robben a prouvé une fois de plus qu'il était dans une forme exceptionnelle, claquant son 3e doublé de la saison lors de cette démonstration.

Quant à Franck Ribéry, il a suivi du banc la première heure du spectacle, avant d'y prendre part dix minutes après son entrée en jeu en inscrivant le 7e but. L'équipe allemande ne verra pas Donetsk, puisque la guerre civile a obligé le Shakhtar à s'exiler pour la Ligue des Champions à Lviv, à 1 250 kilomètres de sa Donbass Arena, enceinte utilisée pour la distribution d'aide alimentaire.

Blessures en cascade

L'autre affiche entre Paris et Chelsea sonnait comme la revanche du quart de finale de l'an dernier, quand les Londoniens avaient éliminé sur le fil au retour l'équipe de Laurent Blanc. Mais depuis ce week-end, le combat s'annonce déséquilibré. Alors que José Mourinho a pu faire reposer son équipe, éliminée de la Cup, et dispose de tout son effectif, l'équipe de la capitale française regarde avec dépit son infirmerie bondée.

Le nul contre Caen (2-2) en championnat a envoyé se faire soigner Marquinhos, Yohan Cabaye, Lucas et Serge Aurier! Les trois derniers ont déclaré forfait. Marquinhos est incertain, tout comme Javier Pastore. Blaise Matuidi et Thiago Motta devraient jouer, au mieux, en serrant les dents. Laurent Blanc ne disposera que d'un banc très léger quand «Mou» pourra y faire asseoir Didier Drogba, Juan Cuadrado ou Ramires...

(L'essentiel/AFP)