Ligue des Champions

17 février 2015 22:20; Act: 18.02.2015 09:53 Print

Le PSG et Chelsea n'ont pas réussi à se départager

Aucune équipe ne s'est imposée mardi soir en 8es de finale de la C1. Le Bayern a concédé un nul blanc face au Shakhtar, alors que le PSG et Chelsea se sont quittés sur le score d'un but partout.

storybild

Le Bayern n'a pas trouvé la faille dans la défense de Donetsk. (photo: AFP)

Sur ce sujet

Le Paris SG a conservé ses chances de qualification pour les quarts de finale de la Ligue des Champions, avec un match nul 1-1 contre Chelsea, assez mal payé au vu des nombreuses occasions obtenues par le club de la capitale. Il y aurait donc de l'espoir à 1-1, alors qu'une victoire 3-1 n'avait pas suffi la saison dernière? Oui, parce que Paris a vraiment bousculé le Chelsea de José Mourinho, s'est créé infiniment plus d'occasions que les Londoniens et a révélé quelques failles dans la défense adverse. Mais l'idée première était de ne pas prendre de but et c'est raté. Quand on disait avant le match qu'avec Chelsea le danger pouvait venir de partout, on ne pensait pas vraiment à ça: centre de la gauche du défenseur central Terry, remise en aile de pigeon de son collègue de charnière Cahill et but de la tête d'Ivanovic, latéral droit aux statistiques démentielles (28 buts et 21 passes décisives avec Chelsea). A la 36e minute, Chelsea était devant et refroidissait le Parc des Princes qui, pour une fois, a répondu présent en installant une belle ambiance.

Sur le coup, les défenseurs des Blues ont merveilleusement attaqué, mais ceux de Paris en revanche n'ont pas spécialement bien défendu, déstabilisés par ce deuxième ballon sur lequel les jaunes étaient en nombre dans la surface. Les hommes de Mourinho marquaient là sur leur première occasion, et c'était sévère pour des Parisiens qui eux avaient déjà inquiété trois fois Courtois. Dès la 11e minute, Matuidi puis Ibrahimovic butaient coup sur coup sur le grand Belge, à chaque fois de la tête. Et c'est encore de la tête que Cavani obligeait l'ancien gardien de l'Atletico Madrid à une belle parade à l'horizontale (34). L'égalisation parisienne, méritée, a justement été signée par l'Uruguayen, auteur d'un match remarquable un an après son fiasco lors du quart de finale retour à Stamford Bridge.

Le pari David Luiz

À la 55e minute, encerclé par cinq joueurs jaunes statiques et qui vont entendre parler du pays lors du debriefing de Mourinho, il reprenait d'une superbe tête piquée un très bon centre de Matuidi. Il fallait bien ça pour tromper Courtois, finalement préféré à Cech et qui a été prépondérant dans le résultat ramené par les Londoniens. Après une double occasion Ibrahimovic-Lavezzi (60), il claquait ainsi encore une tête de David Luiz (66) puis dans le temps additionnel mettait en échec Ibrahimovic. Pour les Parisiens, le résultat est donc moyen, mais la manière est encourageante. Alors qu'ils se présentaient pour ce choc amoindris par des absences et méfiants face à une équipe renforcée par rapport à la saison dernière, ils ont tenu le choc et restent en vie. Sans doute un peu contraint par les blessures et notamment celle de Motta, Laurent Blanc avait pour l'occasion tenté le pari David Luiz au milieu, avec Marquinhos, finalement apte, en défense centrale.

À ce poste qu'il occupait régulièrement avec Chelsea, le Brésilien a plutôt convaincu, utile pour couper la relation Fabregas-Costa et précieux par son jeu long avisé. Mais il est un peu en retard sur le but d'Ivanovic. De l'autre côté du terrain, Ibrahimovic a lui abandonné pour un soir son costume de grand organisateur pour s'installer franchement en pointe et livrer un duel de gaillards avec Terry et Cahill, qu'il a souvent dominés dans les airs, une référence. Paris, qui a aussi bien contenu Hazard et Diego Costa, peut sans doute regretter une première période timide, où il a manqué d'un peu de folie et de justesse technique sur quelques coups. Mais l'équipe de Laurent Blanc s'est aussi donné quelques idées pour le match retour du 11 mars. Même si Mourinho et Courtois ont le profil des parfaits briseurs de rêve, Paris peut encore y croire.

Le Bayern Munich, réduit à dix, ramène un point

L'équipe de Pep Guardiola, où Franck Ribéry fêtait sa première titularisation de l'année, n'a pu concrétiser sa domination territoriale mais peut envisager avec sérénité le match retour le 11 mars dans son Allianz Arena. Sans but, la rencontre a été marquée par 7 avertissements sanctionnant de rudes contacts, dont ceux de Xabi Alonso qui, pour son 100e match de ligue des champions, devait abandonner ses partenaires à la 66e minute.

C'est la 2e fois cette saison que le Bayern termine un match de C1 à dix après celui à Manchester City pour l'unique défaite (3-2) en phase de poules. Si l'attaque bavaroise, auteur d'un feu d'artifice samedi contre Hambourg (8-0), n'a pas trouvé l'ouverture, la défense, avec le retour de Jerome Boateng après 2 matches de suspension en championnat, a tenu en respect Luiz Adriano, le Brésilien aux 9 buts en phase de poules.

Le Shakhtar en exil

Le Shakhtar de Mircea Lucescu était encore contraint à l'exil à Lviv, à plus d'un millier de kilomètres de sa base, en raison du conflit armé entre les forces séparatistes et Kiev. Malgré la maitrise du ballon, le champion 2013 n'est pas parvenu à déstabiliser la défense d'une équipe ukrainienne dont c'était le premier match officiel depuis plus de deux mois en raison de l'hiver. Trouvé par Arjen Robben, très à l'aise sur son flanc droit où il fait des malheurs en Bundesliga, Bastian Schweinsteiger, dont c'était le 100e match en compétitions européennes reprenait de volée du droit mais le ballon filait à gauche du cadre ukrainien (2). Une demi-heure plus tard, profitant d'un contre, Ribéry servait Müller dans l'axe mais le champion du monde manquait sa reprise (31).

La tension était toujours palpable au retour des vestiaires, "Kaiser Franck" ayant du mal à contenir ses nerfs face au mauvais traitement infligé notamment par Douglas Costa, dont un coup de coude au visage (58). Guardiola lançait Holger Badstuber dans la bataille à la place de Muller (69), trois minutes après l'expulsion de Xabi Alonso qui déjà averti à la 24e minute, plaçait un nouveau tacle illégal qui lui valait d'être renvoyé au vestiaires (66). L'entrée de Robert Lewandowski, à la place de Mario Götze, ne parvenait pas à percer la défense ukrainienne qui semblait, tout comme le public, se satisfaire de tenir en échec le champion d'Europe 2013.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).