Ligue des champions

09 avril 2013 15:50; Act: 10.04.2013 07:51 Print

Galatasaray-​​Madrid jugé «très difficile»

L'entraîneur de Galatasaray Fatih Terim a admis qu'il serait «très difficile» pour son équipe de dominer mardi soir le Real Madrid en quart de finale retour de la Ligue des champions.

storybild

Burak Yilmaz, auteur de huit des 11 buts de l'équipe en Ligue des champions, est suspendu. (AP)

  • par e-mail
Sur ce sujet

Après avoir été sévèrement battu par Madrid au match aller (3-0), Galatasaray a-t-il une chance contre le Real? Interview avec l'entraîneur de Galatasaray Fatih Terim.

Question: Comment réagissez-vous à la suspension de Burak Yilmaz, votre meilleur buteur, sanctionné pour simulation lors du match aller alors que de l'avis même de l'entraîneur madrilène il aurait dû obtenir un penalty?

Réponse (Fatih Terim, entraîneur de Galatasaray): «C'est la vie, c'est le football (...). Parfois, à 15 minutes de la fin du match, vous devriez obtenir un penalty et l'adversaire devrait prendre un carton jaune, mais c'est le contraire qui se produit. On aurait pu s'en sortir avec un résultat bien différent de ce 3-0, mais ce sont des choses qui arrivent. J'espère que demain, rien de tel ne se produira, pour aucune des deux équipes. En ce qui concerne Burak, le plus intéressant, c'est que non seulement nous n'avons pas obtenu le penalty mais qu'en plus nous avons perdu (le joueur). Le plus important buteur de la Ligue des champions n'est plus là. Peut-être aurait-il dépassé Ronaldo? Notre meilleure arme, qui en plus a l'habitude de marquer quand il est à Istanbul... Mais les arbitres sont des hommes, ils peuvent faire des erreurs».

Question: Quelle mission s'est fixé Galatasaray en Europe?

Réponse: «Galatasaray a connu de grands succès en Europe, il a les yeux tournés vers l'Europe, il est depuis des années la plus grande fenêtre ouverte (sur l'Europe). Le Real Madrid est une des plus grandes équipes au monde. Nous avons malgré tout essayé de bien jouer, et demain aussi nous essaierons de bien jouer. Je pense qu'avec notre public nous pourrons livrer un bien meilleur combat. Quel en sera le résultat? Ce n'est pas très important: la détermination de Galatasaray, sa volonté, ses objectifs en Europe ne changent pas. (...) Quand on regarde la période 2011-2013, depuis mon arrivée à Galatasaray, on peut dire que nous sommes à la juste place, que nous allons dans la bonne direction. Nous ne ferons pas de concessions, nous continuerons de faire des efforts pour nous améliorer. Rien n'est fini. Demain, nous jouerons pour la victoire, nous jouerons pour le beau jeu, pour tout ce que vous voulez, mais (...) notre principale mission est de réussir en Europe et dans le monde».

Question: Un miracle est-il possible pour Galatasaray?

Réponse: «C'est très difficile. On joue contre le Real Madrid, pas contre n'importe quelle équipe. Mais Galatasaray tentera tout. J'ai tout vu dans le football et j'espère que je verrai (mardi) une de ces nuits... Je suis convaincu de l'envie de jouer, de l'enthousiasme, du désir de gagner de mes joueurs».

Propos recueillis en conférence de presse.

(L'essentiel Online/afp)