Ligue des champions

03 avril 2013 22:13; Act: 04.04.2013 12:47 Print

Le Real domine Galatasaray

Le Real Madrid a pleinement justifié son rang face à Galatasaray. Dans leur antre de Bernabeu, les Madrilènes ont pris une option décisive sur une qualification pour les demi-finales de la Ligue des champions.

Voir le diaporama en grand »

  • par e-mail
Sur ce sujet

Les champions d'Espagne se sont imposés 3-0 pour se mettre à l'abri de toute mauvaise surprise avant le match retour à Istanbul. Face à un adversaire bien trop vulnérable dans sa surface, ils ont passé l'épaule grâce à des réussites de Ronaldo (9e), Benzema (29e) et Higuain (73e). Sous la régie d'un Özil qui a toujours pour son entraîneur une bonne longueur d'avance sur Modric et Kaka, le Real a pratiquement joué au chat et à la souris avec les Turcs qui ont semblé un peu écrasés par le poids de l'événement.

Comme le FC Barcelone la veille au Parc des Princes, le Real Madrid a su témoigner d'un réalisme extrême en première période: deux occasions, deux buts. Deux buts favorisés, il est vrai, par la passivité d'Eboué. Le latéral ivoirien n'a vraiment pas eu le beau rôle sur les réussites de Ronaldo et de Benzema. À la 9e minute, il laissait filer le Portugais dans son dos sur une ouverture d'Özil. À la 29e, il était cette fois trop court sur un centre d'Essien qui offrait à Benzema la possibilité de marquer à nouveau dans un grand match. Huit jours après avoir erré comme une âme en peine sur la pelouse de Saint-Denis lors de France - Espagne, le Lyonnais avait retrouvé toute sa verve et toute sa flamme. Le pari de l'aligner pour Higuain fut un pari gagnant pour Jose Mourinho.

Un coaching gagnant

On le sait, le «Special One» en a tenté un autre en maintenant sa confiance dans les buts à Diego Lopez. Ce choix, qui condamne Iker Casillas, s'avère judicieux. Remarquable lors de la double confrontation contre Manchester United, le transfuge du FC Séville fut déterminant à deux reprises en première période: sur un tir de Drogba à la 26e et une frappe d'Eboué à la 44e. Après un une-deux avec Drogba, le défenseur a eu une chance en or de se racheter. Seulement, il n'est pas parvenu à enrouler suffisamment sa balle pour tromper le nouveau gardien du Real.

Sûr de sa force, le Real ne forçait pas son talent à la reprise. Les Madrilènes laissaient volontiers venir les Turcs pour mieux les piéger en rupture. Sneijder sorti à la pause sans doute pour insuffisance de performance et Drogba trop juste physiquement, le péril auquel le Real faisait face n'était pas immense. Très généreux, Galatasaray avait toutefois le mérite de toujours y croire. En revenant à la marque, les Turcs auraient pu nourrir un véritable espoir pour le match retour de mardi. Avec ce score de 3-0, l'intérêt de ce match retour sera pratiquement nul.

Conscient du manque de «peps» de son équipe lors de cette seconde période, José Mourinho lançait Higuain pour Benzema à la 65e. L'Argentin ne tardait pas à frapper. À la 73e, il surgissait sur un coup franc de Xabi Alonso pour battre Muslera de la tête. Irréprochable malgré les trois buts encaissés, le portier uruguayen fut le meilleur homme d'une équipe pour laquelle la soirée a trop vite tourné au cauchemar.

(L'essentiel Online)