Football - Qualifs Euro 2020

23 juillet 2019 16:29; Act: 24.07.2019 14:51 Print

La FLF renonce à saisir le TAS sur Junior Moraes

LUXEMBOURG/LAUSANNE - La Fédération luxembourgeoise de football a décidé de clore le dossier concernant le joueur ukrainien, dont elle contestait la présence contre le Luxembourg.

storybild

Selon la FLF, Junior Moraes (à g.) n'avait pas le droit de disputer la rencontre contre le Luxembourg, le 25 mars dernier. (photo: Editpress/Gerry Schmit)

Sur ce sujet
Une faute?

C'est désormais une certitude: le Luxembourg ne récupérera pas sur tapis vert les trois points du match perdu face à l'Ukraine, le 25 mars dernier, au stade Josy-Barthel (1-2), dans le cadre des éliminatoires de l'Euro 2020. Alors que l'UEFA avait rejeté l'appel de la Fédération luxembourgeoise de football, cette dernière indique ce mardi qu'elle renonce à saisir le Tribunal arbitral du sport (TAS), la plus haute juridiction sportive internationale.

La FLF explique que ce choix a notamment été motivé par la décision de la Fédération portugaise de football de ne pas poser elle non plus de recours devant le TAS, malgré la présence litigieuse sur le terrain du joueur ukrainien Victor Moraes. «En ce faisant, nous pensons servir plus la justice sportive, basée sur le fair-play et le respect, que ne le ferait le meilleur des jugements rendu par un Tribunal», écrit la FLF, dans son communiqué.

Un prêt en Chine problématique

Junior Moraes était au cœur d'une procédure pour avoir joué avec l'Ukraine contre le Portugal, le 22 mars (0-0), puis contre le Luxembourg trois jours plus tard au stade Josy-Barthel (1-2), dans le cadre des éliminatoires de l'Euro 2020. Le joueur, brésilien d'origine, ne remplissait pas les conditions pour disputer ces rencontres, selon ses adversaires, qui réclamaient l'obtention des trois points de la victoire sur tapis vert.

Le footballeur évolue dans le championnat ukrainien depuis 2012, mais a connu un prêt en Chine. Les plaignants estimaient donc que Junior Moraes n'a pas résidé en Ukraine pendant cinq années consécutives, ce qui aurait normalement dû l'empêcher de disputer ces deux rencontres avec sa sélection.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.