Football

14 août 2019 10:11; Act: 14.08.2019 11:31 Print

«Je n'ai pas peur, rien ne change pour moi»

L'arbitre française Stéphanie Frappart assure ne pas avoir de pression particulière avant d'arbitrer la Supercoupe d'Europe entre Liverpool et Chelsea.

storybild

En juin, elle était devenue la première femme à être promue pour arbitrer un match du Championnat de France (Amiens-Strasbourg). (photo: AFP/Francois lo Presti)

Sur ce sujet
Une faute?

«Nous devons prouver physiquement, techniquement et tactiquement que nous sommes les mêmes que les hommes. Je n'ai pas peur de ça. Rien ne change pour moi», a déclaré Frappart, 35 ans, à la veille du match à Istanbul entre les champions d'Europe en titre et les vainqueurs de la Ligue Europa de la saison dernière. Elle deviendra à l'occasion de la finale de Supercoupe d'Europe la première femme arbitre d'une rencontre masculine majeure.

En juin, elle était devenue la première femme à être promue pour arbitrer un match du Championnat de France. «Bien sûr, ma vie a changé parce que je suis plus populaire dans le monde entier», a-t-elle déclaré mardi depuis Istanbul, insistant sur le fait que l'arbitrage d'un match masculin ou féminin est la même chose pour elle.

Le soutien de Lampard et Klopp

En juillet, avec les mêmes assistantes que pour Liverpool-Chelsea, la Française Manuela Nicolosi et l'Irlandaise Michelle O'Neill, Frappart a déjà arbitré une grande finale, celle de la Coupe du monde féminine. Roberto Rosetti, le responsable de l'arbitrage de l'UEFA, a d'ailleurs déclaré qu'il avait eu l'idée de nommer Frappart pour un match masculin d'une telle importance après l'avoir observée lors du Mondial.

Du côté des acteurs de la Supercoupe d'Europe, Frappart a déjà convaincu Frank Lampard: «C'est une grande nouvelle, je suis très heureux de faire partie de ce moment historique», a affirmé l'entraîneur de Chelsea. «C'est une décision vraiment intelligente de nommer une femme pour arbitrer un match très, très important comme celui-là», a quant à lui commenté Jurgen Klopp, le coach des «Reds» de Liverpool.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Trollique le 14.08.2019 12:54 Report dénoncer ce commentaire

    Il n'y a pas de soucis que l'arbitre d'un match de foot masculin soit femme. Le gros soucis, c'est sa nationnalité. Pour du foot ... loin d'avoir une grande expertise. à la limite que ce soit une Senegalaise ...

  • acj le 14.08.2019 14:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis sur que cette arbitre aura une sacrée influence sur le comportement de certains footballeurs pro homme des pleureuses. Je l ai vue arbitrer la finale féminine de coupe du monde. C était respectueux

Les derniers commentaires

  • acj le 14.08.2019 14:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis sur que cette arbitre aura une sacrée influence sur le comportement de certains footballeurs pro homme des pleureuses. Je l ai vue arbitrer la finale féminine de coupe du monde. C était respectueux

  • Trollique le 14.08.2019 12:54 Report dénoncer ce commentaire

    Il n'y a pas de soucis que l'arbitre d'un match de foot masculin soit femme. Le gros soucis, c'est sa nationnalité. Pour du foot ... loin d'avoir une grande expertise. à la limite que ce soit une Senegalaise ...