Football/Italie

10 février 2021 14:41; Act: 10.02.2021 15:39 Print

«Ton doigt, tu peux te le mettre dans le c…»

L’entraîneur de l’Inter Milan et le président de la Juventus Turin ont été filmés, mardi soir, proférant des insultes, accompagnées d’un geste obscène pour le premier.

Sur ce sujet
Une faute?

L’entraîneur de l’Inter Milan, Antonio Conte, et le président de la Juventus Turin, Andrea Agnelli, ont été filmés proférant des insultes, accompagnées d’un geste obscène pour le premier, mardi soir, en marge du match de Coupe d’Italie entre les deux clubs, à Turin. Les images, publiées par différents médias, ne permettent pas de savoir à qui précisément ont été adressées ces paroles, lancées à la mi-temps par Antonio Conte, visiblement en direction du camp turinois, et à la fin du match par le patron de la Juve, en quittant la tribune.

En regagnant les vestiaires à la pause, Antonio Conte a ostensiblement fait un doigt d’honneur au banc de la Juventus. Ce à quoi le président de la Juve aurait répondu après le match (et la qualification de son équipe): «Ton doigt, tu peux te le mettre dans le c…».

Suites disciplinaires en vue

Ces scènes pourraient avoir des suites disciplinaires. Le juge sportif de la Ligue fera son rapport sur les demi-finales de la Coupe d’Italie, jeudi, mais la fédération peut ensuite lancer sa propre procédure si elle le juge opportun, comme dans le cas récent de l’altercation entre Zlatan Ibrahimovic et Romelu Lukaku. Interrogé après le match sur l’attitude d’Agnelli, Antonio Conte, qui a entraîné la Juve de 2011 à 2015 sous ses ordres, a estimé qu’«il faudrait être mieux éduqué et avoir davantage de respect et de sportivité».

Son homologue de la Juve, Andrea Pirlo, a pour sa part indiqué ne pas avoir vu ce qui s’était passé à la mi-temps concernant Antonio Conte: «Je suis immédiatement retourné aux vestiaires», a-t-il déclaré. La Juventus s’est qualifiée pour la finale de la Coupe d’Italie au terme de cette demi-finale retour (0-0), grâce à sa victoire au match aller à Milan (2-1).

(L'essentiel/afp)