Football

12 octobre 2018 13:24; Act: 12.10.2018 13:32 Print

Cristiano Ronaldo serait prêt à s'expliquer

Selon plusieurs médias italiens, l'attaquant portugais de la Juventus Turin, accusé de viol aux États-Unis, va donner sa version des faits.

storybild

Cristiano Ronaldo serait disposé à s'exprimer par vidéoconférence. (photo: AFP/Isabella Bonotto)

Sur ce sujet
Une faute?

Pas un jour ne passe sans qu'une nouvelle information tombe à propos de ce que l'on peut désormais appeler l'affaire Cristiano Ronaldo, accusé de viol aux États-Unis. Une semaine après la réouverture d'une enquête de police à Las Vegas, visant la superstar du football mondial, le feuilleton se poursuit vendredi. «Maintenant, je parle», titre le quotidien italien Tuttosport, qui relate dans ses colonnes que le nouveau joueur de la Juventus Turin compte prendre les devants. Il souhaite s'exprimer via une vidéoconférence - et non pas se rendre dans le Nevada, à cause des prochaines échéances avec son club - pour ainsi démanteler les accusations portées par Kathryn Mayorga, 34 ans, qui affirme dans une plainte au civil avoir été violée par «CR7», le 13 juin 2009. Le célèbre Corriere dello Sport placarde aussi Ronaldo en «une» de son journal (voir ci-dessous).

Cette semaine, l'un des avocats de Ronaldo a affirmé que des documents publiés ces derniers jours et qui contiennent des «déclarations supposées» du Portugais, «sont de pures inventions». Des médias ont en effet reproduit un document présenté comme l'accord prévoyant le versement de 375 000 dollars (324 000 euros environ) à Kathryn Mayorga en échange de son silence. «En 2015, des dizaines d'entités en Europe ont vu leurs données pillées par des pirates informatiques», a souligné Me Peter Christiansen, dans un communiqué. «Un organe de presse a fini par publier de manière irresponsable certains documents volés, dont une partie importante a été modifiée et/ou complètement fabriquée», a-t-il poursuivi, dans une allusion à Der Spiegel qui a lancé l'affaire.

Contacté jeudi, l'hebdomadaire allemand a maintenu ses informations. «Notre article est méticuleusement approfondi. Nous disposons de centaines de documents provenant de différentes sources qui appuient notre reportage. Nous n'avons aucune raison de penser que ces documents ne sont pas authentiques», a déclaré le magazine, dans un courrier électronique.

(L'essentie/afp)