Débat dans le football

04 février 2020 21:24; Act: 06.02.2020 17:11 Print

Les jeunes interdits de têtes au Luxembourg?

Dans le sillage des États-Unis, l'Écosse veut interdire les têtes chez les jeunes pour des raisons de santé. Au Luxembourg, la discussion est aussi lancée.

storybild

Certains neurologues militent pour une limitation du jeu de tête, même pour les professionnels.

Sur ce sujet
Une faute?

Emboîtant le pas aux États-Unis qui ont interdit dès 2015 le jeu de tête chez les moins de 12 ans, l'Écosse a choisi en janvier de faire de même. À l'origine de la mesure, une étude de l'Université de Glasgow selon laquelle les jeunes footballeurs auraient 3,5 fois plus de risques d’être atteints de démence, à cause notamment d'impacts répétés du ballon contre la tête avant 12 ans.

Au Luxembourg, le député Gusty Graas (DP) a interpellé mardi les ministres des Sports et de la Santé dans une question parlementaire. Demandant des chiffres sur le nombre de commotions chez les jeunes footballeurs, il a appelé les ministres à prendre position sur l'interdiction du jeu de tête ou l'usage de ballons plus légers ou en mousse. En attendant leurs réponses, les éducateurs des clubs luxembourgeois réclament plus d'études.

«Avant les U17, les jeunes ne s'entraînent pas de la tête»

«Si le risque est avéré, ce problème doit être traité au niveau des fédérations et des instances internationales (UEFA et FIFA)», estime Jeffrey Ludovicy, président de la commission des jeunes de la Jeunesse. La santé d'abord. Un souci partagé par son homologue du FC Differdange 03, Guy Altmeisch, même s'il relativise: «Enfants, nous nous entraînions à 10 ans à faire des têtes sur un ballon attaché à une perche. Mais depuis quinze ans, il n'y a plus d'entraînements spécifiques».

Président de la Commission technique du RFCU, Jacques Muller partage ce constat. «Avant les U17, les jeunes ne s'entraînent pas de la tête. Et à la fin de chaque match, il y a sans doute 95% des joueurs qui n'ont pas touché un ballon de la tête. Mais seule la science peut trancher ce débat».

(Nicolas Martin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • entre guillemets le 05.02.2020 10:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah ! Cela viendrait de la alors! .....

  • mr logique le 05.02.2020 10:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je comprend mieux d’où viennent les troubles de tous ceux qui ont comme moi démarré le foot à 7 ans

  • Mez le 05.02.2020 10:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah ces américains ?

Les derniers commentaires

  • Unicorn le 05.02.2020 16:38 Report dénoncer ce commentaire

    La santé des jeunes d'abord, l'hypocrisie, et la bagarre differdangeoise à Ettelbruck? Des mots rassurants pour éviter les enquêtes. Buts amovibles rouillés, fissurés, non-fixés au sol, les petits les sortent avec le coach laissé seul avec 30-40 gamins, bouteilles, panneaux publicitaires et abris en plastique cassés, clous rouillés protubérants, des poteaux autour des terrains à distance irrégulaire, des accès au stade par des routes sans trottoir, sécurité, des voitures de transport vétustes sans ceintures, j'en ai vu des accidents, et si un éducateur le dénonce, on le remercie!

  • Kopf le 05.02.2020 14:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est pour ça que Ronaldo il marque pleins de buts de la tête, il est complètement fada !!

  • quand on a pas de soucis on les cherche le 05.02.2020 14:45 Report dénoncer ce commentaire

    en tout cas ca explique le faible QI de la plupart de joueurs professionels

  • Unicorn le 05.02.2020 13:56 Report dénoncer ce commentaire

    De mon temps de jeunesse, années 70, des balles en cuir lourd, dur comme bois, on ne s'en est pas préoccupé, le jeu de tête a été une de mes qualités, j'en jonglagait plus qu'avec les pieds, les duels aériens, j'en faisait contre les plus grands, j'adorais le style britannique, sortant les sourcils en sang. Ma tête va bien, jamais aucun problème. Les éducateurs formés ont conscience. On l'entraine avec les petits, un peu, car il faut savoir faire un coup de tête juste, un peu au-dessus du front, sans fermer les yeux, la tête bien fixée pour éviter les chocs au cerveau.

  • Mez le 05.02.2020 10:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah ces américains ?