Foot - Espagne

13 octobre 2021 15:35; Act: 13.10.2021 16:55 Print

La justice veut incarcérer Lucas Hernandez

La justice espagnole a ordonné, ce mercredi, l'incarcération du footballeur international français du Bayern Munich, Lucas Hernandez.

storybild

La justice espagnole ordonne l'incarcération du footballeur Lucas Hernandez. (photo: AFP/Franck Fife)

Sur ce sujet
Une faute?

La justice espagnole a ordonné mercredi l'incarcération du défenseur international français du Bayern Munich Lucas Hernandez, pour ne pas avoir respecté une mesure d'éloignement imposée après une rixe avec sa compagne, a annoncé le Tribunal supérieur de justice de Madrid.

Lucas Hernandez, champion du monde 2018 et vainqueur de la Ligue des nations avec les Bleus dimanche contre l'Espagne (2-1), devra se présenter le 19 octobre devant un tribunal de Madrid afin que l'ordonnance d'incarcération lui soit notifiée, a indiqué ce tribunal dans un communiqué. Il aura après cette audience dix jours pour entrer «volontairement» en prison.

Mais, selon le tribunal, l'ancien défenseur de l'Atlético Madrid a déjà fait appel de la décision et pourrait éviter la prison si son recours était accepté. En Espagne, les peines de prison inférieures à deux ans ne sont généralement pas appliquées sauf s'il s'agit d'une récidive auquel cas l'incarcération est exigée même si la peine est très courte.

Retenu quelques heures en garde à vue

La première condamnation de Lucas Hernandez dans cette affaire remonte à février 2017. Le défenseur avait alors été condamné, tout comme sa compagne, à 31 jours de travaux d'intérêt général et à une mesure d'éloignement et d'interdiction d'entrer en contact durant six mois pour des violences conjugales mutuelles.

À peine quatre mois plus tard, le joueur et sa compagne avaient été interpellés à l'aéroport de Madrid-Barajas alors qu'ils revenaient de vacances. Le footballeur avait été retenu quelques heures en garde à vue par les forces de l'ordre pour ne pas avoir respecté la mesure d'éloignement imposée en 2017, avant d'être remis en liberté.

Jugé pour non-respect de la mesure d'éloignement, il avait été condamné en 2019 à six mois de prison. Sa compagne n'avait en revanche pas été arrêtée à l'aéroport car la mesure d'éloignement ne lui avait pas encore été notifiée officiellement à ce moment-là. Elle n'était donc pas en tort.

(L'essentiel)