Football

12 septembre 2019 09:31; Act: 12.09.2019 11:40 Print

Le chaos autour d'un match au Qatar inquiète

À trois ans de l'ouverture de la Coupe du monde, le duel entre le Qatar et l'Inde a mis en lumière plusieurs dysfonctionnements.

storybild

L'échéance de 2022 est déjà dans certains esprits au Qatar.

Sur ce sujet
Une faute?

Bien que munis de tickets, de nombreux supporteurs de l'Inde n'ont pu accéder au stade Jassem ben Hamad de Doha, où leur sélection disputait mardi un match de qualifications au Mondial 2022 contre le Qatar, futur pays hôte de la compétition (NDLR: le Qatar est qualifié d'office pour la Coupe du monde qu'il accueille, mais il participe aux éliminatoires qui font aussi office de qualification pour la Coupe d'Asie des Nations 2023). L'Inde, en réalisant un match nul, a arraché un point précieux face au Qatar, champion d'Asie en titre, qui était favori sur le papier.

Une dizaine de minutes après le coup d'envoi, une foule d'Indiens a crié sa colère en brandissant des billets d'entrée mais a été contenue par un cordon de sécurité. «Quel désordre!», a lancé un supporter britannique qui n'a pas pu non plus accéder au stade même s'il avait un billet. «C'est vraiment une façon singulière de faire les choses», a-t-il déploré, soulignant que les billets n'indiquaient pas les numéros de porte d'entrée.

Les agents de sécurité ont eu des échanges de plus en plus vifs avec des fans bloqués à l'extérieur mais capables d'entendre clairement l'ambiance des gradins à l'intérieur du stade. À la mi-temps, plusieurs centaines de supporters indiens ont tenté de forcer le passage pour accéder au stade par d'autres portes. Les portes automatiques sont restées fermées et la situation a, malgré tout, rapidement été maîtrisée.

«Gérer la foule»

«S'ils ne peuvent pas gérer la foule, ils ne devraient pas vendre de billets», estime un travailleur migrant indien de 24 ans qui s'est vu refuser l'entrée. «Nous travaillons jour et nuit dans la chaleur, nous avons payé, nous avons nos billets», ajoute-t-il, refusant de donner son nom alors que les agents de sécurité renforçaient les barrages autour du stade. «S'ils font ce genre de choses lors d'un match (de faible importance), comment vont-ils gérer un match de Coupe du monde? Nous, nous vivons tous ici. Si des étrangers viennent, comment vont-ils gérer ça?», s'interroge-t-il.

Certains supporters indiens se sont également plaint du fait que seulement 8% des billets vendus pour le match leur ont été alloués, soit le quota minimum prévu par les règles internationales du football. Selon les statistiques officielles, les Indiens représentent près de 22% de la population totale du pays, le double du nombre de Qataris (10,5%).

Aucune implication directe

La FIFA et le comité d'organisation de Qatar-2022 n'ont pas été impliqués dans l'organisation du match contre l'Inde. À l'issue de la rencontre, la déception chez les supporters indiens forcés de regarder le match sur un écran installé dans le parking a tranché avec les scènes de liesse qui ont éclaté à l'intérieur du stade, où les Indiens ont décroché un nul inattendu.

Les supporters qui ont eu la chance d'assister au match qui s'est soldé par un score vierge (0-0) ont chanté à l'unisson et agité le drapeau tricolore de l'Inde alors que l'équipe s'est alignée pour saluer ses fans. Autour du stade, le calme est vite retombé, la foule s'étant rapidement dispersée.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.