Football

20 novembre 2020 18:37; Act: 20.11.2020 18:53 Print

Accusé de viol, il est banni à vie par la FIFA

Yves Jean-Bart, 73 ans, président de la Fédération haïtienne, a aussi été condamné à une amende de plus de 900 000 euros avant que la justice n’agisse.

storybild

Les accusations portées contre Yves Jean-Bart sont très graves.

Sur ce sujet
Une faute?

La FIFA a banni à vie Yves Jean-Bart, président de la Fédération haïtienne de football accusé de viols sur des joueuses, et lui a infligé une amende de plus de 900 000 euros.

La chambre de jugement de l’instance du football mondial, qui avait récupéré le dossier mi-octobre, après la phase d’instruction, a reconnu le dirigeant de 73 ans coupable d’avoir «abusé de sa position» pour «harceler sexuellement et agresser plusieurs joueuses, y compris mineures». Dans sa décision prise mercredi, la justice interne de la FIFA l’a donc suspendu à vie «de toutes activités liées au football, au niveau national et international», le condamnant de surcroît à payer plus de 900 000 euros.

D’autres responsables impliqués

L’instance poursuit par ailleurs son enquête contre «d’autres responsables de la Fédération haïtienne de football (FHF)», impliqués «dans des actes d’abus sexuel systématiques contre des joueuses entre 2014 et 2020», en tant «qu’auteurs, complices ou instigateurs».

La FIFA avait notamment suspendu fin août Nella Joseph, superviseuse auprès des jeunes filles au centre technique nationale de Croix-des-Bouquets, et Wilner Etienne, directeur technique national de la FHF. Mi-octobre, elle avait «élargi le périmètre de l’instruction» à Yvette Félix, ex-capitaine de la sélection haïtienne et entraîneur adjointe à Croix-des-Bouquets.

Enquête pénale en cours

Parties d’une enquête du quotidien britannique The Guardian publiée fin avril, les accusations de viol contre Yves Jean-Bart ont aussi entraîné l’ouverture d’une enquête pénale en Haïti, toujours en cours. Selon des jeunes filles citées par le journal, Yves Jean-Bart aurait violé de nombreuses joueuses mineures ces dernières années.

Témoignant de pressions subies pour garder le silence, des victimes présumées ont affirmé au journal, sous couvert d’anonymat, qu’au moins deux joueuses mineures auraient avorté, suite à des viols commis par le président de la fédération dans le centre national d’entraînement. Yves Jean-Bart dirige la FHF depuis deux décennies. Sans candidat lui faisant face, sa réélection en février à un sixième mandat a été une formalité. Niant en bloc les accusations portées contre lui, il a porté plainte à Paris contre le journaliste français coauteur de l’enquête du Guardian.

(L'essentiel/afp)