Football

19 août 2019 11:58; Act: 19.08.2019 12:13 Print

Antoine Griezmann en prend pour son grade

Le Français et son nouveau club ont été battus vendredi en ouverture de Liga. Son entraîneur l'a «piqué» et son ancien conseiller en a rajouté une couche dimanche.

Sur ce sujet
Une faute?

Le début de carrière barcelonais du chouchou de l'Hexagone est loin d'être un long fleuve tranquille. Vendredi, l'histoire d'amour a commencé par une déception, avec la défaite subie dans les dernières minutes de leur premier match de la saison, à Bilbao (1-0). Une rencontre disputée sans Lionel Messi et au cours de laquelle le Barça a aussi perdu Luis Suarez sur blessure. Antoine Griezmann n'a que peu pesé sur l'issue de la rencontre et son coach Ernesto Valverde ne l'a pas raté.

«Quand Antoine Griezmann est proche de la surface, il peut être décisif, il est capable de marquer, car il crée des espaces et se déplace bien, a analysé l'entraîneur espagnol. Mais pour cela, il est important de dominer le jeu. Il sait que nous attendons beaucoup de lui, comme de nombreux joueurs. Il doit s'impliquer davantage dans le jeu, c'est le plus important.» Avec les absences et sa polyvalence, l'ancien de l'Atlético de Madrid n'a pas à craindre pour sa place. Tout du moins pas tout de suite.

Mais c'est aussi en-dehors de la pelouse que «Grizou» est un tantinet contesté. Son départ du club madrilène ne s'est pas bien passé et ils sont encore nombreux à lui reprocher le «cirque» autour du documentaire «La Décision», produit par son nouveau coéquipier Piqué, quelques heures avant le début de la Coupe du monde 2018 en Russie.

« Antoine n'est pas un mauvais mec. Mais il zappe les gens qui ne font plus partie du décor».

Dimanche, c'est Eric Olhats, l'homme qui l'avait découvert à l'âge de 14 ans et accompagné lors d'une grande partie de sa carrière, qui l'a taclé dans les colonnes du Journal du Dimanche. Notamment pour ajouter une pierre au dossier de l'Atlético Madrid qui affirme que le FC Barcelone l'avait contacté bien avant que sa clause libératoire ne passe de 200 à 120 millions d'euros le 1er juillet dernier.

«Barcelone l'a contacté avant le huitième de finale de Ligue des champions entre l'Atlético et la Juventus, en février, a indiqué celui que Griezmann considérait comme «son deuxième père». Les discussions n'ont pas eu lieu au bon moment. J'ai confiance en notre délégué général, Miguel Angel Gil, quand il assure détenir les preuves que le transfert ne s'est pas conclu comme il aurait dû. Il y a eu une forme de négligence».

«Antoine aurait mérité une sortie plus digne, a-t-il continué. C'est de sa faute et de celle de son entourage. Je suis un peu attristé car il doit énormément à Gil, au directeur sportif Andrea Berta, à Diego Simeone. Antoine n'est pas un mauvais mec. Mais il zappe les gens qui ne font plus partie du décor. J'ai un goût amer dans la bouche et je lui souhaite de travailler sur cette amnésie». Dans quelques buts, les fans du Barça auront sans doute tout oublié. Pas forcément ceux de l'Atlético...

(L'essentiel/Sport-Center/rca)