Scandale FIFA

22 octobre 2019 12:25; Act: 23.10.2019 15:04 Print

Beckenbauer: expertise médicale demandée

Le MPC doit déterminer si la procédure menée contre l'ancien footballeur, dans le cadre du scandale de la FIFA, peut être poursuivie.

storybild

Franz Beckenbauer aurait touché environ 6 millions de francs (quelque 5,4 millions d'euros) dans le cadre de l'organisation du Mondial 2006 en Allemagne. (photo: archive/photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Le ministère public de la Confédération (MPC) suisse commande à l'Autriche une expertise sur l'état de santé de Franz Beckenbauer, afin de se déterminer s'il peut être poursuivi dans le scandale de la FIFA. Dans trois décisions publiées mardi, la Chambre des plaintes du tribunal pénal fédéral a rejeté les recours déposés par les anciens cadres de la Fédération allemande de football (DFB), Theo Zwanziger et Wolfgang Niersbach, et par l'ancien secrétaire général de la FIFA, Urs Linsi. Les trois hommes s'opposaient à la séparation de la procédure menée contre Franz Beckenbauer.

La Chambre considère cette séparation comme opportune et juridiquement correcte. Vu l'état de santé de Beckenbauer, il n'est pas évident de déterminer si et quand il sera en mesure de prendre part à une procédure pénale. Comme les faits seront prescrits en avril 2020, le temps presse et un jugement de première instance doit impérativement tomber d'ici là.

En compagnie de Horst R. Schmid, qui a également occupé des fonctions dirigeantes à la DSB, les trois recourants ont été inculpés en août 2019 d'escroquerie, ou complicité d'escroquerie. À l'origine, le MPC avait également retenu le blanchiment d'argent mais cette accusation est désormais prescrite.

La procédure porte sur un prêt de 10 millions de francs (9 millions d'euros) accordé en 2002 par l'ancien patron d'Adidas, Robert Louis-Dreyfus, aujourd'hui décédé. Ce montant avait été encaissé par Franz Beckenbauer, qui œuvrait à l'époque au sein du comité d'organisation de la Coupe du monde de football 2006 en Allemagne.

«Kaiser Franz» aurait effectué plusieurs paiements à une entreprise qatarienne appartenant à Mohammed Bin Hammam. À l'époque, celui-ci était membre du comité exécutif et de la commission des finances de la FIFA.

(L'essentiel/afp)