Affaire de la sextape

19 octobre 2021 16:40; Act: 19.10.2021 16:58 Print

Benzema et Valbuena, parole contre parole

L’attaquant du Real se retrouve dès mercredi, devant la justice, pour s’expliquer sur l’histoire du chantage contre Valbuena. Les deux Français ont des versions divergentes.

storybild

Mathieu Valbuena et Karim Benzema lors du match contre l’Allemagne au Mondial 2014. (photo: REUTERS)

Sur ce sujet
Une faute?

Qui a dit quoi? Faute d’aveux circonstanciés ou d’éléments matériels incontestables, l’affaire dite de la «sextape» repose très largement sur les déclarations contradictoires de Mathieu Valbuena et de Karim Benzema, entre lesquelles le tribunal devra trancher.

Leur conversation à Clairefontaine

Lors d’une audition devant la juge d’instruction, Mathieu Valbuena raconte leur échange du 6 octobre 2015: Karim Benzema «m’a tout de suite dit: «Math y a une vidéo c’est chaud». Je lui ai dit que j’étais au courant. Il m’a dit qu’il m’aimait bien et qu’il se voyait mal passer à côté de moi et ne pas me le dire».

«Il m’a dit pouvoir me présenter quelqu’un de confiance, qui pouvait gérer ça. J’ai dit que je voulais bien payer pour ma liberté, mais qu’il pouvait y avoir des copies. Il m’a dit: «Math sur ma fille, il n’y aura pas de copie».

«Je t’ai prévenu»

En rendant compte moins d’une heure plus tard de cette discussion à son ami d’enfance, Karim Zenati (écoute téléphonique versée au dossier), Benzema assure avoir dit à son coéquipier: «Si tu veux tu me donnes ton numéro, je le passe à mon ami, il vient te voir à Lyon, tu discutes, tu vois avec lui. Si tu veux pas, bah fais ta vie, moi je t’ai prévenu». «Si c’est juste pour le buzz, et que t’as prévenu ta famille et qu’ils s’en foutent, bah laisse-la sortir», a ajouté le candidat au Ballon d’or.

L’attaquant du Real Madrid précise sur TF1 le 2 décembre 2015: «Quand je viens le mettre au courant, il a l’air déjà au courant de cette histoire. Je lui ai dit que je pouvais l’aider car j’ai un ami qui est à Lyon. Je lui parle avec le cœur et il le sait. Quand j’entends parler de chantage, qu’on a demandé de l’argent, ça me rend fou. Quand j’entends que je lui ai fait du chantage, ça me rend fou. Je n’ai pas besoin d’argent».

Relation ambiguë

Karim Benzema décrit ses liens avec Mathieu Valbuena en ces termes à la juge (audition du 5 novembre 2015 révélée par Le Monde):

«C’est un pote. Ça fait longtemps que je le connais. Je le connais en équipe de France, on est souvent ensemble. Il y a eu une histoire en 2012, je l’ai défendu (...) C’est quelqu’un que j’apprécie. Ce n’était que de l’aide, je n’avais rien d’autre derrière la tête, de chantage ou d’argent. De l’argent, j’en ai. Je n’en ai pas besoin».

Lors de cette audition, le joueur madrilène évoque l’insulte «tarlouze» utilisée contre Mathieu Valbuena: «Je me suis dit qu’il (Valbuena) était allé me dénoncer à la police, alors que j’étais allé le voir. Après, «tarlouze», on peut le dire à tout le monde, à ses amis, à ses potes. Pour moi, pour la nouvelle génération, c’est amical».

Il précise sur TF1 le 2 décembre: «Dans un vestiaire on se dit pas «mon cher», on se dit «tarlouze», des choses comme ça».

«Un manque de respect»

Mathieu Valbuena (entretien le 26 novembre 2015 au Monde): «C’est un collègue de travail, je ne suis pas cul et chemise avec lui non-stop, mais il n’y a aucune animosité entre nous, aucun problème. C’est un coéquipier. Ses propos témoignent d’un manque de respect. Là, j’ai l’impression de me faire prendre pour un con... Même à mon pire ennemi, je ne ferais pas ça. Je ne peux être que très, très, très déçu, et constater que la relation avec Karim, elle n’est pas aussi sincère qu’il pouvait peut-être le prétendre».

Version contradictoire

Devant la juge, Mathieu Valbuena explique: Karim Benzema m’a dit «sur ma fille j’ai vu la vidéo». Je lui ai demandé un peu ce qu’on voyait. Il m’a donné un peu les détails de la vidéo (...) Je lui ai demandé si on voyait mes tatouages. Il m’a répondu qu’il n’avait pas tous les détails en tête mais qu’il l’avait vue.

Karim Benzema à la juge: «Franchement je ne sais pas pourquoi je lui dis ça. La vidéo, je ne l’ai pas vue. Comme Karim (Zenati) m’a dit que c’était une vidéo sérieuse, c’est ce que j’ai dit à Mathieu. Je me suis fait un film par rapport à ce que m’avait dit Karim (Zenati), parce que je lui fais confiance».

L’ordonnance de renvoi explique que «Valbuena précisait qu’il existait bien une vidéo au contenu sexuel le mettant en scène (...) Il affirmait avoir entendu parler de cette vidéo pour la première fois par Djibril Cissé. Ce dernier aurait pu visionner la vidéo via l’application Facetime. La description qu’il lui en avait faite semblait convaincante».

(L'essentiel/afp)