Pétards à Saint-Symphorien

07 janvier 2017 10:06; Act: 07.01.2017 13:18 Print

«C'est comme si on avait condamné le Bataclan»

METZ - Le président de Metz a fustigé les sanctions prononcées contre son club pour des jets de pétards. «C'est comme si la justice avait condamné le Bataclan», a-t-il déclaré.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet

«J'oserais presque vous dire que c'est, en l'occurrence, comme si, il y a quinze mois, la justice avait condamné le Bataclan»: dans une allusion à la salle de spectacle parisienne où une attaque terroriste a fait 90 morts le 13 novembre 2015, le président de Metz (L1) Bernard Serin a fustigé vendredi les sanctions prononcées contre son club jeudi pour des jets de pétards.

«Je suis scandalisé par cette décision injuste, incompréhensible et surtout dangereuse parce qu'elle donne encore plus de pouvoir aux supporteurs d'influer sur le résultat des matches», a affirmé en conférence de presse M. Serin, qui s'en est pris violemment à la LFP. «La Ligue a choisi de punir le FC Metz, qui n'est qu'une victime dans cette histoire car elle ne peut pas atteindre elle-même les vrais coupables que le FC Metz, lui, a atteint, et qui sont aujourd'hui dans l'attente de leur procès», a-t-il lâché.

«Je n'ai pas encore décidé de faire appel»

En raison de la sanction, Metz recule d'un rang au classement et se retrouve par conséquent avant-dernier de Ligue 1 avec dix-sept points. «Depuis ce matin j'ai de nombreux appels de collègues présidents de club, qui me disent leur solidarité, leur indignation. Je n'ai pas encore décidé de faire appel. Je souhaite voir monter encore cette solidarité car c'est un problème collectif: le football français va-t-il accepter d'être l'otage de supporteurs ou de pseudo-supporteurs qui peuvent manipuler le résultat d'un match?», a-t-il insisté.

Dès le soir du match, la LFP avait promis d'être intransigeante et elle l'a été. Il faut dire que les images avaient provoqué un tollé. En pleine rencontre et alors que Metz menait 1-0, le gardien lyonnais et international portugais, Anthony Lopes, s'était effondré à cause d'un premier pétard lancé par des supporteurs messins. À terre, et alors que le médecin du club était à son chevet, il avait été visé par un deuxième pétard. Après une interruption provisoire une demi-heure après le début du match comptant pour la 16e journée de L1, l'arbitre Lionel Jaffredo avait finalement arrêté définitivement la partie, en concertation avec les délégués de la LFP et les pouvoirs publics.

(L'essentiel/AFP)