Racisme

29 septembre 2020 19:00; Act: 29.09.2020 20:01 Print

«C'était mieux de voir Hugo que Bakary ou Mamadou»

L'ancien capitaine des Bleus Patrice Evra a dévoilé des anecdotes gênantes concernant le racisme en équipe de France, tout en chargeant violemment le président de la FFF Noël Le Graët.

storybild

Patrice Evra insinue que les joueurs blancs sont davantage mis en avant quand le Président de la République est présent.

Sur ce sujet
Une faute?

«Quand un "Black" marque tout le stade est debout. Le phénomène de racisme dans le sport et dans le football en particulier n'existe pas», déclarait récemment Noël Le Graët. Des propos qui ont scandalisé Patrice Evra, qui a violemment attaqué le président de la Fédération française de football dans une vidéo Instagram gênante où l'international français se lance dans une parodie de «Petit papa Noël».

Si la forme est embarrassante entre moqueries et insultes, les révélations de l'ancien latéral gauche des Bleus vont faire parler. Le joueur aux 81 sélections accuse M. Le Graët de masquer la question du racisme concernant l'équipe de France: «Tu sais combien de lettres on reçoit au château [...] "Didier reprends tes singes et repars en Afrique", "Barre toi avec tes singes, tes gorilles!" Combien de lettres comme ça on reçoit? On les cache car on ne veut pas que les joueurs les voient, mais moi j'en ai vu! On reçoit même des cartons remplis de caca».

«On est en France, on n'est pas chez nous »

Si Noël Le Graët n'avait pas fait mystère des lettres racistes qu'il recevait au moment de l'affaire Benzema, Evra poursuit en dénonçant un racisme latent au sein de l'institution, notamment en termes de représentation: «À chaque fois que le président de la République venait, tout changeait au niveau des places attribuées [NDLR: dans la salle à manger]. Là où il y avait Mamadou Sakho et Bakary Sagna, il fallait changer. On mettait Hugo Lloris et Laurent Koscielny et le président au milieu».

«On le savait, c'était les règles du jeu, on est en France, on n'est pas chez nous. Quand il y avait une photo du président, c'était mieux de voir un Hugo Lloris ou un Laurent Koscielny qu'un Bacary Sagna ou un Mamadou Sakho», poursuit-il en invitant les joueurs de l'équipe actuelle «à ne pas "liker" la vidéo car sinon "plus de sélection"».

Patrice Evra fait référence à la visite de François Hollande avant la Coupe du monde 2014. Pour mémoire, Hugo Lloris est le capitaine de l'équipe et Laurent Koscielny est une connaissance personnelle de l'ancien président de la République. Deux particularités qui expliqueraient davantage leur présence aux premières loges que la question raciale...

La vidéo en intégralité:

Voir cette publication sur Instagram

#saynotoracism #stop #france #world #football #sport #noracism

Une publication partagée par Patrice Evra (@patrice.evra) le

(th/L'essentiel)