Football - Brésil

07 mars 2017 16:32; Act: 07.03.2017 16:42 Print

Chapecoense de retour en Copa Libertadores

L'équipe brésilienne de Chapecoense, décimée en novembre dernier dans un accident d'avion, fait son retour mardi sur la scène internationale.

Sur ce sujet
Une faute?

«La Chape» fait son retour mardi sur la scène internationale en allant affronter à Maracaibo le club vénézuélien de Zulia en Copa Libertadores, une compétition qu'elle dispute pour la première fois. Un peu plus de trois mois après la tragédie aérienne qui avait ému le monde entier, le nouvel entraîneur de l'équipe, Vagner Mancini, aura pour dure mission de faire revenir la joie, après le deuil, au sein d'un effectif presque entièrement renouvelé. L'idée, a-t-il confié à la presse brésilienne, est de «se souvenir de tous» ceux ayant péri dans l'accident du 28 novembre en «jouant bien au football».

La «Chape» a dû effectuer 22 recrutements pour disputer la Copa Libertadores, après la mort de 19 joueurs et de l'entraîneur précédent dans le crash qui a coûté la vie à 71 des 77 passagers de l'avion charter qui transportait l'équipe à Medellin (Colombie). Les trois joueurs survivants, dont le gardien Jackson Follman amputé de la jambe droite, avaient par la suite reçu, en hommage, le trophée de la Copa Sudamericana, dont le club brésilien allait ce jour-là disputer la finale contre l'Atlético Nacional de Medellin. C'est la première fois que Chapecoense, modeste club qui jouait encore en 2009 en quatrième division brésilienne, dispute la Copa Libertadores, comme son rival Zulia.

La «Chape» avait connu une ascension spectaculaire ces dernières années, accédant à la première division en 2013 et connaissant un parcours glorieux dans la Copa Sudamericana, brisé net par l'accident. Dans la liste des convoqués pour le match de mardi figurent seulement deux membres de l'ancienne équipe: Moisés Ribeiro et Nenén, qui par chance n'étaient pas montés dans l'avion. Le reste de l'effectif a été renouvelé, avec entre autres Artur Moraes dans les buts, Andrei Girotto, Arthur et Niltinho en milieux de terrain et Wellington Paulista en attaque.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.