Fan de City agressé

22 octobre 2021 08:51; Act: 22.10.2021 09:03 Print

Cinq supporters de Bruges arrêtés et inculpés

Le supporter belge de Manchester City Guido De Pauw est toujours dans le coma, après la violente agression dont il a été victime mardi soir.

storybild

Des fans de Bruges lors du match contre Manchester City. (photo: Reuters)

Sur ce sujet
Une faute?

Cinq supporters du FC Bruges ont été inculpés et deux d’entre eux incarcérés jeudi dans l’enquête sur la violente agression dont a été victime un fan belge de Manchester City mardi soir, a indiqué le Parquet de Gand (nord-ouest). L’agression s’est produite sur une aire d’autoroute située près de Gand, après le match de Champions League qui s’est soldé par une lourde défaite des Brugeois à domicile face à City (1-5).

Guido De Pauw, un Belge de 63 ans qui portait une écharpe aux couleurs de l’équipe anglaise, se l’est fait voler par un supporter adverse à l’intérieur de la station-service. Il était accompagné d’un petit groupe de fans de Manchester City, dont son fils Jurgen. Une altercation a ensuite eu lieu sur le parking, au cours de laquelle le sexagénaire a été violemment frappé.

Dans un état stable

Deux jours après l’agression, M. De Pauw est toujours dans le coma, dans «un état stable», selon les médias flamands. Sollicité par l’AFP, son fils a refusé de se prononcer sur son état de santé. Jurgen De Pauw est l’un des animateurs d’un groupe belge de supporters de City baptisé Blue Moon Belgium.

Mercredi matin, c’est lui qui avait évoqué le premier la violente altercation, par un message sur Facebook, dénonçant un acte d’une «violence insensée» et présentant son père comme «laissé pour mort» par ses agresseurs. Cinq suspects, quatre hommes dans la vingtaine et un quadragénaire, ont été rapidement interpellés, avait indiqué le Parquet mercredi.

Conditions strictes

Ils ont été présentés jeudi à un juge d’instruction qui les a tous inculpés pour «négligence coupable», l’équivalent de la non-assistance à personne en danger. Deux des cinq font face à des charges plus lourdes, l’un étant suspecté aussi de «vol avec violence aggravée», l’autre de «coups et blessures volontaires», a précisé le Parquet jeudi soir dans un communiqué.

Les trois hommes jugés moins directement responsables évitent l’incarcération. Mais leur remise en liberté est assortie de conditions strictes, à savoir l’interdiction d’assister à des matches de football et de fréquenter des clubs ou cafés de supporters. Dès mercredi, le milieu de terrain Kevin De Bruyne, star belge de Manchester City, avait témoigné son soutien au supporter agressé. «Nous sommes tous avec toi», a-t-il écrit sur Twitter. Les deux clubs, Bruges et Manchester City, ont également condamné l’agression.

(L'essentiel/AFP)